/world/usa
Navigation

La une-choc du New York Times

Coup d'oeil sur cet article

Une liste de noms qui s’alignent sur six colonnes. Le New York Times a partagé sur ses réseaux sociaux la une-choc de son édition de dimanche.   

«Une perte incalculable», a titré le quotidien, alors que le bilan des personnes décédées des suites de la COVID-19 approche le chiffre symbolique de 100 000 aux États-Unis.      

«Alice Coopersmith Furst, 87 ans, Kentfield, Californie. Faisait partie de la première classe de filles admises à la Bronx High School of Science [...]. Bassey Offlong, 25 ans, Michigan. Savait aider ses amis à devenir meilleurs [...]. Fred Walter Gray, 75 ans, du comté de Benton. Aimait son bacon et ses galettes de pomme de terre croustillants.»      

Les noms, âges et anecdotes sur ces 1000 morts du coronavirus, soit 1% du bilan du pays, sont ainsi déclinés sur toute la une du journal.      

«Ils ne sont pas seulement des noms sur une liste. Ces victimes, c'est nous. Les chiffres ne pourront à eux seuls montrer les impacts du coronavirus aux États-Unis. Que ce soit les personnes hospitalisées, les emplois perdus ou les vies perdues. Alors que le pays est sur le point d’atteindre le sinistre nombre de 100 000, le New York Times a fouillé les avis de décès des victimes. Ces 1000 personnes regroupées ici ne représentent que 1% de ce nombre. Aucune d’entre elles n’était qu’un simple numéro», a écrit le quotidien en préambule de cette liste.