/opinion/columnists
Navigation

Les fêlés qui nous entourent

FD-Manif confinement
Photo Agence QMI, Guy Martel Un groupe de personnes est venu pour manifester contre le confinement devant le parlement à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Citation de l’écrivain anglais G. K. Chesterton : « Lorsque les hommes ne croient plus en Dieu, ce n’est pas qu’ils ne croient en rien, c’est qu’ils sont prêts à croire en tout. » 

La vie est paradoxale. En ces temps de pandémie où les scientifiques sortent de l’ombre pour nous éclairer grâce à leur science, l’irrationalité reprend ses droits. 

À cause des réseaux sociaux, tous les toqués et perturbés diffusent leurs délires plus ou moins élaborés. Les adeptes du complot, contrairement à ce que pensent plusieurs, ne sont pas tous des ignorants et des incultes. Ce sont parfois des universitaires bardés de diplômes. 

Le journaliste Jean-Simon Bui, de Cogeco Nouvelles, a infiltré des groupes de conspirationnistes québécois. Il estime à des dizaines de milliers les gens qui répandent leurs thèses farfelues et dangereuses sur le web. 

Certains assurent que la Terre est plate, d’autres que des démocrates américains sont des pédophiles satanistes. Plusieurs sont convaincus que la COVID-19 n’existe pas, que le virus est une invention pour nous confiner définitivement afin de détruire l’économie. 

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Résistance 

Doit-on hausser les épaules, rire un bon coup ou s’alarmer face à ce phénomène qui révèle une réalité alarmante : il existe une mondialisation de la pensée conspirationniste. Certains, et j’en étais, croient qu’il faut l’ignorer, éviter d’y faire référence afin de freiner tous ceux qui, démunis, cherchent désespérément des explications définitives sur la complexité de notre époque. Je crois désormais qu’il faut réagir publiquement. 

Des Québécois, tel Alexis Cossette-Trudel, jouent le rôle de gourous. Ce dernier est le fils de Louise Lanctôt, une ex du FLQ. Lucie Laurier, une comédienne, est très active dans le mouvement anti-vaccin. Le nombre de Québécois qui s’opposent aux vaccins n’est pas négligeable et les pédiatres sont à même de témoigner de la lutte qu’ils doivent mener, parfois en vain, pour convaincre des parents de protéger leurs enfants avec un vaccin. 

Julie Couillard, l’ancienne amoureuse de l’ex-ministre conservateur Maxime Bernier, elle aussi militante active, répand, quant à elle, avec une efficacité surprenante ses théories fumeuses dans l’opinion. 

Manipulation 

Nous ne pouvons plus croire que les tenants des théories les plus outrancières qui circulent à travers les médias existants doivent être considérés comme quantité négligeable. Leur influence est grandissante auprès de personnes manipulables. À preuve, un sondage mené par l’École de journalisme de l’Université Carleton, à Ottawa, nous apprend que 46 % des Canadiens adhèrent à la théorie du complot concernant la pandémie actuelle. 

Ces Canadiens, dont des Québécois, adhèrent aux affirmations tirées par les cheveux sur le coronavirus. Ils croient à des remèdes miracles qui n’ont aucun effet et estiment que la technologie 5G est conçue pour nous brûler le cerveau. Enfin, de façon péremptoire, ils jurent que le virus est une arme de guerre biologique fabriquée par les Chinois pour parvenir à la domination du monde. 

Si presque la moitié des Canadiens se réclament de telles théories, on tremble quand on compare ces chiffres avec ceux des États-Unis de Trump et des pays arriérés encore sous le joug de la pensée magique.