/news/coronavirus
Navigation

Les hôteliers prévoient un taux d’occupation de 15 %

Des établissements de Québec se préparent à rouvrir

La gouvernante générale de l’Hôtel Champlain du Vieux-Québec, Camille Chevallier, procède au retrait des éléments qui ne sont pas nécessaires dans les chambres. Les jetés et coussins sont remisés.
Photo Jean-François Desgagnés La gouvernante générale de l’Hôtel Champlain du Vieux-Québec, Camille Chevallier, procède au retrait des éléments qui ne sont pas nécessaires dans les chambres. Les jetés et coussins sont remisés.

Coup d'oeil sur cet article

Le taux d’occupation en avril dans les hôtels de Québec n’a été que de 1,2 %. Malgré l’été qui s’annonce difficile, certains établissements s’activent quand même à réaménager leurs chambres pour accueillir les visiteurs. 

«On prévoit un taux d’occupation de 15 % possiblement cet été. Actuellement, on est en deçà de ces prévisions, car le monde ne réserve pas», constate avec regret Marjolaine de Sa, directrice générale de l’Association hôtelière de la région de Québec. 

À ce jour, 33 établissements sur 227 sont ouverts. Même si le guide des normes sanitaires sera connu plus tard, des hôteliers ont entrepris le grand ménage en retirant des chambres tout ce qui est superflu. 

La gouvernante générale de l’Hôtel Champlain du Vieux-Québec, Camille Chevallier, procède au retrait des éléments qui ne sont pas nécessaires dans les chambres. Les jetés et coussins sont remisés.
Photo Jean-François Desgagnés

Les planches à repasser, les fers, les cafetières, les jetés, les coussins et les magazines sont remisés en attendant le retour de plus beaux jours. 

L’Auberge Saint-Antoine, qui a fermé ses portes au début de la crise, prévoit les rouvrir le 5 juin. «On a hâte, même si on sait que ça va être une ouverture plutôt modeste», a indiqué Evan Price, copropriétaire du réputé établissement de 95 chambres. 

Pour la première phase, l’Auberge prévoit mettre à la disposition des clients une trentaine de chambres. «On va y aller étape par étape. Nous allons faire de la distanciation entre les chambres. De plus, dans un premier temps, nous allons laisser un repos de 48 heures avant de céder la chambre à un nouveau client», a indiqué Dagmar Lombard qui dirige l’hôtel avec son mari. 

Malgré l’inconnu, l’Auberge Saint-Antoine va de l’avant avec une ouverture le 5 juin, selon Evan Price, copropriétaire.
Photo Jean-François Desgagnés
Malgré l’inconnu, l’Auberge Saint-Antoine va de l’avant avec une ouverture le 5 juin, selon Evan Price, copropriétaire.

Touristes québécois 

Comme plusieurs joueurs de l’industrie, elle mise sur la clientèle québécoise pour la relance de ses activités avec des promotions ciblées. La suite dépendra de l’ouverture des frontières. 

Face aux normes sanitaires qui seront imposées, d’autres se demandent s’il sera rentable d’opérer cet été. «Selon moi, c’est jouable», affirme Thibaut Godicheau, directeur général de l’Hôtel Champlain.  

«Est-ce que les touristes québécois vont avoir le goût de venir à Québec s’il n’y a aucune activité à faire? C’est des questions auxquelles on n’a pas de réponse», poursuit M. Godicheau. 

Les voyageurs qui s’attendent à de fortes réductions sur le prix des chambres d’hôtel risquent d’être déçus. 

«C’est sûr que les prix ne seront peut-être pas ceux des dernières années avec les clientèles américaine et internationale, mais il ne faut pas penser à de gros rabais. On ne vendra pas des chambres à 75 $», a prévenu Mme de Sa.