/sports/soccer/impact
Navigation

Les joueurs de l’Impact pourront s’entraîner au Centre Nutrilait

Les joueurs de l’Impact pourront s’entraîner au Centre Nutrilait
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact a reçu une bonne nouvelle samedi puisque la Direction de la santé publique du Québec a donné son autorisation à la réouverture du Centre Nutrilait dès lundi.

Les joueurs pourront donc reprendre l’entraînement individuel sur une base volontaire, eux qui ont participé à leur dernier entraînement le jeudi 12 mars, alors que la Major League Soccer annonçait la suspension de ses activités au même moment en raison du coronavirus.

« On est soulagés et contents de pouvoir donner accès à un lieu sécuritaire à nos joueurs pour qu’ils puissent s’entraîner », a indiqué le président Kevin Gilmore lors d’un court entretien téléphonique.

L’autorisation ne s’applique qu’aux joueurs de l’équipe professionnelle. Les installations demeurent fermées aux jeunes joueurs de l’Académie.

Du temps

Kevin Gilmore avait fait une sortie plus tôt cette semaine pour déplorer l’inertie du dossier puisque l’Impact était l’un des 6 des 26 clubs de la MLS à ne pas avoir repris l’entraînement.

On ne sait pas si cela a accéléré l’approbation du plan sanitaire déposé par l’équipe et également approuvé par la MLS.

« Parfois, ça prend juste du temps pour se faufiler vers une décision », a soutenu Gilmore qui a rappelé qu’il ne s’agit pas d’entraînement à proprement parler, mais plutôt de remise en forme.

« Ce ne sont pas des entraînements avec les coachs, ce sont des entraînements individuels. »

Les joueurs devront suivre un protocole très strict et ne pourront être qu’un maximum de huit en même temps au Centre Nutrilait puisqu’on n’utilisera que les deux terrains en gazon naturel qui seront tous deux divisés en quatre.

Le gazon naturel fait une différence si on tient compte du fait que Steeven Saba s’est fracturé le pied gauche en courant dans la rue plus tôt cette semaine.

Trop tôt

Quant à un éventuel retour avec un tournoi à Orlando au mois de juillet, Kevin Gilmore attend avant de commenter la formule qui semble être celle qui sera retenue par la ligue.

« Il est encore trop tôt pour commenter les scénarios qui sont actuellement à l’étude. »

S’il est sûrement heureux que l’Impact soit la première équipe professionnelle montréalaise à reprendre l’action, il a dit souhaiter être imité bientôt.

« On espère tous que toutes les équipes professionnelles vont pouvoir reprendre leurs activités plutôt tôt que tard. »