/sports/hockey
Navigation

Sénateurs: une saison qui a tout changé pour Kevin Mandolese

Kevin Mandolese
Photo d'archives, Martin Chevalier Kevin Mandolese

Coup d'oeil sur cet article

Sélectionné en sixième ronde du repêchage de 2018, le gardien Kevin Mandolese savait l’été dernier que la saison 2019-2020 allait avoir un impact immense sur sa carrière professionnelle et qu’il devait être dominant pour retenir l’attention des Sénateurs d’Ottawa.  

Près de 12 mois plus tard, le Blainvillois a été nommé gardien de l’année au sein de la Ligue de hockey junior majeur du Québec et il a un contrat d’entrée de trois ans avec le club ontarien en poche. Rien de bien surprenant puisqu’il a maintenu une fiche de 26-8-1 avec les Eagles du Cap-Breton, une moyenne de buts alloués de 2,33 et un taux d’efficacité de ,925.  

«C’était ma dernière année et j’avais encore des choses à prouver, a concédé Mandolese en entrevue récemment. Je savais que cette saison était cruciale. Comme on dit en anglais, c’était un do or die. Je pense que la campagne a été importante dans la décision [des Sénateurs].»  

La dureté du mental  

De son propre aveu, Mandolese a dû travailler sur son approche mentale lors de la dernière campagne. Pour l’aider dans son cheminement, il a fait appel à un psychologue sportif et l’athlète de 20 ans ne regrette aucunement sa décision.  

«Il y a eu un déclic mental. J’ai commencé à travailler avec un psychologue sportif et sincèrement, je n’aurais pas pu prendre de meilleure décision, a-t-il déclaré. Ça m’a vraiment aidé à être plus constant tout au long de la saison. Ça m’a vraiment permis de toujours sortir ma meilleure performance soir après soir.»  

Avec les Sénateurs, Mandolese se joindra à un jeune groupe et à une organisation qui s’est lancée dans une reconstruction totale au cours des dernières années. Ayant partagé la glace avec de nombreux espoirs lors des camps du club au cours des deux dernières années, le gardien s’est dit optimiste pour les Sénateurs.  

Rare talent  

Et puisque les Sénateurs pourraient avoir en main, advenant un «petit miracle», les deux premières sélections lors du prochain encan, les choses ne pourront que s’améliorer. Le Québécois Alexis Lafrenière, pressenti pour être le tout premier choix, pourrait d'ailleurs se retrouver avec l’équipe.  

Mandolese, qui a vu Lafrenière évoluer de près, croit que ce dernier aura un impact immédiat avec le club de la Ligue nationale de hockey (LNH) qui le repêchera.  

«C’est le genre de joueur qu’on voit très rarement. Tu ne vois pas ça chaque année. Je suis convaincu qu’il peut aider une équipe de la LNH dès le départ. Tu vois à quel point il rend les joueurs autour de lui meilleurs. Je n’ai aucun doute là-dessus», a-t-il avancé.  

Devant le filet  

Du côté des gardiens, Mandolese aura lui-même fort à faire pour se faufiler jusqu’à la cage des Sénateurs au Centre Canadian Tire. En effet, Marcus Hogberg, Anders Nilsson et Filip Gustavsson ont des ententes valides pour la prochaine saison, puis Joey Daccord devrait dénicher un nouveau contrat. Craig Anderson pourrait également décider de prolonger sa carrière.  

Mais Mandolese ne souhaite pas sauter d’étapes et il jouera là où on aura besoin de lui au cours de la prochaine saison.  

«On ne finit jamais de faire ses preuves, a-t-il dit. Je me vois commencer au bas de l’échelle et tenter de prendre du galon et de l’expérience en essayant de monter les échelons le plus rapidement possible, mais sans rater d’étapes non plus. Je devrai travailler pour mon temps d’utilisation et les rappels.»