/news/education
Navigation

Super profs de la pandémie: Monsieur Olivier et ses superhéros à la rescousse

Les Jedi et autres personnages de Marvel ont accompagné des élèves autistes

Avec l’aide de superhéros, Olivier Léger a gardé le contact avec ses élèves de façon à préserver une certaine routine, qui est si importante pour eux.
Photo Jean-François Desgagnés Avec l’aide de superhéros, Olivier Léger a gardé le contact avec ses élèves de façon à préserver une certaine routine, qui est si importante pour eux.

Coup d'oeil sur cet article

Un prof n’a pas hésité à mettre à contribution Star Wars, Les Simpson et les superhéros pour garder le contact avec ses élèves autistes, pendant le confinement.  

• À lire aussi: Super profs de la pandémie: des perles rares 

La classe d’Olivier Léger, à l’école du Campanile de Sainte-Foy, compte sept élèves. Il s’agit d’une classe multiniveau en adaptation scolaire, qui accueille des élèves qui vivent avec un trouble du spectre de l’autisme.    

Quand le confinement a débuté, M. Olivier s’est tout de suite mis en action. «J’ai pensé à mes petits cocos. J’étais en recherche constante de ce que je pouvais faire pour rester en contact», relate-t-il, surpris et fier que ses initiatives aient été si appréciées. «Je me suis demandé ce que je pouvais faire pour chacun d’entre eux, parce qu’ils ont tous des besoins particuliers.»   

Ainsi, il a ciblé les intérêts de chacun pour leur proposer des activités personnalisées. Les personnages de Star Wars, des Simpson et de Marvel ont été mis à contribution. Même les jeux vidéo, qui sont une passion pour ses élèves, ont servi à régler des problèmes de maths. «Ils étaient des apprentis Jedi dans leur vaisseau qui partaient à l’aventure», illustre-t-il.   

Habile en dessin, il a aussi montré certaines de ses œuvres pour entamer une discussion avec ses élèves, par l’entremise d’une conversation vidéo.   

Comme les petits adorent les périodes en classe durant lesquelles il leur fait la lecture, il a voulu «continuer ce rituel». C’est donc par la plateforme YouTube qu’il a diffusé des vidéos qui le montrent lisant une histoire.    

C’était alors l’occasion de continuer les apprentissages avec une compréhension de lecture qui faisait ensuite le lien avec la matière. Par exemple, si l’histoire portait sur un lion ou un loup, les élèves étaient invités à faire une recherche sur l’animal ou à répondre à un questionnaire web sur le sujet.   

De plus, dans la trousse éducative envoyée chaque semaine par le Ministère, M. Olivier s’est fait un devoir de suggérer certaines activités plutôt que d’autres aux parents, en fonction des capacités et intérêts de chaque enfant.     

Conseils précieux  

Karine Breton, dont le fils Joaquim est en quatrième année, souligne combien les conseils de M. Olivier ont été précieux pour son conjoint et elle. «Cela nous enlève une pression et nous sécurise sur la meilleure façon de l’accompagner dans ses apprentissages.»   

Le professeur a même proposé une rencontre Zoom personnalisée à son fils, qui était «heureux et surpris» d’avoir une conversation virtuelle avec son prof sur l’ordinateur. «Nous sommes très reconnaissants de tous ses efforts et petites attentions afin de maintenir le lien avec ses élèves autistes et aussi de les soutenir dans le maintien de leurs connaissances si durement acquises» a tenu à exprimer la maman de Joaquim.   

L’objectif, avant que l’école reprenne, était de prendre contact avec les élèves, de les rassurer et de les sécuriser, mais aussi de garder le lien avec eux, explique Olivier Léger.    

La réponse de la part des élèves a été très positive. La grande majorité d’entre eux se branchait aux rencontres sur le web. «Les élèves participent. J’ai été vraiment surpris.»   

Routine Importante  

Pour les enfants autistes, la routine est importante, souligne Karine Breton. C’est pourquoi les parents étaient inquiets de la perte de repères pour leur petit. «On avait peur qu’il perde ses acquis.»   

Mais l’implication de M. Olivier a permis d’atténuer le choc, selon elle. «Il a fait un super effort pour prendre soin des enfants et il se préoccupait réellement de leur bien-être.»     

Olivier Léger   

  • Âge : 38 ans   
  • École du Campanile   
  • Québec (Sainte-Foy)   
  • Années d’expérience : 5 ans   
  • Niveau : Adaptation scolaire multiniveau