/news/consumer
Navigation

Centres commerciaux: prêts à accueillir les consommateurs le 1er juin

Coup d'oeil sur cet article

Les propriétaires de centres commerciaux attendaient cette nouvelle avec impatience. Les plans de relance sont déjà pondus avec certaines mesures de sécurité. Le 1er juin, ils seront prêts à accueillir les consommateurs.  

• À lire aussi: Réouverture des centres commerciaux: jusqu’à deux mois d’attente pour une coupe de cheveux  

• À lire aussi: Les centres d’achats en région rouvriront le 1er juin 

• À lire aussi: Des commerçants laissés en plan  

Joints par Le Journal, Cominar, Ivanhoé Cambridge, Oxford et Trudel Alliance ont tous confirmé que leurs établissements à l'extérieur de la grande région de Montréal allaient ouvrir la semaine prochaine.      

À ce jour, seuls les commerces qui avaient pignon sur rue pouvaient accueillir des clients.     

Lundi en fin de journée, l’industrie attendait toujours l’ensemble des mesures de sécurité de la santé publique qui devront être respectées.     

Tous les bailleurs ont, tout de même, indiqué qu’ils allaient appliquer différentes mesures pour assurer la sécurité de leurs visiteurs, notamment la mise en place de signalisation et l’installation de stations de désinfection.     

Le nettoyage du mobilier et des zones achalandées se fera plus souvent.     

«Nous sommes contents. Depuis plusieurs semaines, nous préparons notre relance. Nos détaillants sont très impatients de rouvrir», indique la vice-présidente talent et organisation chez Cominar, Sandra Lécuyer.     

Le fonds immobilier détient, entre autres, dans la région, Place de la Cité et le Carrefour Charlesbourg.     

Pas de Méga Parc  

Du côté des Galeries de la Capitale, la direction se «réjouit» à l’idée d’accueillir de nouveau des clients. Elle précise que les magasins indépendants pourront ouvrir à des dates différentes après le 1er juin.     

Le Méga Parc demeurera toutefois fermé. Le gouvernement n’a pas encore donné le feu vert pour les espaces de divertissement.     

Pour Trudel Alliance, propriétaire de Fleur de Lys, l’un des défis sera de redonner confiance aux consommateurs. Des employés du groupe seront responsables d’accueillir les clients et de leur fournir les consignes.     

«Nous sommes soulagés. Certains commerçants ont déjà commencé à préparer leur magasin», avance le copropriétaire, Jonathan Trudel.     

Ce dernier confirme que ce ne sont pas tous les commerces qui vont rouvrir. Malheureusement, certains seront victimes de la pandémie.     

«Certains ont déjà manifesté qu’ils n’allaient pas rouvrir. Ce sont des commerçants qui étaient peut-être dans une situation précaire. C’est marginal» souligne l’homme d’affaires.

La sécurité d’abord  

Quant à Ivanhoé Cambridge, Laurier Québec et Place Ste-Foy, ils ouvriront la semaine prochaine.     

«La sécurité va être l’élément le plus important», note la directrice aux affaires publiques, Katherine Roux Groleau. «Des gardes de sécurité dans nos propriétés vont s’assurer que les mesures de distanciation soient respectées. Il n’y aura également pas plus que de deux personnes à la fois dans nos ascenseurs», poursuit-elle.

Les magasins se réjouissent de la réouverture  

Chaussures Leclerc : des millions en manque à gagner  

  

Photo Pascal Huot

Le vice-président de Chaussures Leclerc, André Leclerc, commençait à s’impatienter quant à la réouverture des centres commerciaux, dans lesquels se retrouvent sept de ses dix boutiques, réparties sur trois bannières.    

«On se disait que si ce n’était pas le 1er juin, on allait commencer à désespérer», confie-t-il, précisant que les ventes en ligne ont aidé, mais n’ont jamais compensé la fermeture des boutiques.    

Photo Pascal Huot

«On a eu de l’ouvrage parce que les ventes internet ont bondi de 300 % dès le 18 mars. Mais il y avait un gros manque à gagner quand même, on parle de millions de dollars», explique M. Leclerc, ajoutant que d’après lui, certains ne survivront pas à ces pertes.    

«Il y aura définitivement des fermetures. D’après moi, 15 % à 20 % des commerces sont à risque de fermer ou vont rouvrir un mois ou deux, mais ne survivront pas à l’été. Ça a été trop dur, trop long», estime l’homme d’affaires de Québec.    

Photo Pascal Huot

— Pierre-Paul Biron  


  

 Chaussures Trotte Menu : « Il était temps... »  

Photo Jean-François Desgagnés

Il était moins une pour la boutique Chaussures Trotte Menu, aux Galeries de la Capitale, qui a essuyé des pertes de 80 % en moyenne en mars et avril.    

«On peut maintenant aller de l’avant, repartir et reprendre notre vie, finalement. Il était temps», soupire la propriétaire, Louise Lavoie.    

Photo Jean-François Desgagnés

La femme avait de la difficulté à comprendre l’impossibilité de rouvrir les centres commerciaux.    

«Les magasins qui ont pignon sur rue ont de longues files de gens qui s’entrecroisent. Et les couloirs [des centres d’achats] sont beaucoup plus larges que n’importe quel couloir de Walmart ou Costco, par exemple. C’est insensé», affirme-t-elle.    

— Jérémy Bernier  


  

Ernest : course contre la montre  

Le détaillant de vêtements pour hommes Ernest se réjouit de la réouverture des centres commerciaux, mais vivra une vraie course contre la montre pour être prêt pour le 1er juin.    

«Disons qu’on est sur le “gun” depuis l’annonce», lance en riant Michel Bergeron, directeur du personnel de la chaîne qui compte 38 boutiques, dont 35 sont en centres commerciaux.    

«Il faudra s’assurer d’être en mesure d’acheminer l’équipement de protection pour nos employés jusque dans nos boutiques en région, par exemple du siège social de Montréal jusqu’à Rimouski. Il faut réagir rapidement.»    

— Pierre-Paul Biron  


  

Sports Experts : deux semaines trop tard  

Martin Boucher, président-directeur général de Groupe Boucher Sports, qui possède 28 franchises incluant les bannières Sports Experts de Laurier Québec et de Place Ste-Foy, est impatient de rouvrir l’ensemble de ses magasins.    

S’il est content et soulagé de l’annonce du premier ministre, M. Boucher aurait souhaité une reprise des activités plus tôt dans les centres commerciaux.    

«Quant à moi, on est deux semaines trop tard. On aurait pu travailler des ouvertures par secteurs. Pendant qu’on rouvre la rue Sainte-Catherine, le centre d’achats de Matane est fermé, alors que le bilan est exceptionnel dans la région», affirme l’homme d’affaires.    

Le Groupe Boucher Sports sera prêt lundi pour accueillir la clientèle, qui présente un taux de conversion en intention d’achat élevé après des semaines de confinement.    

— Diane Tremblay