/qubradio
Navigation

Retour des Nordiques : l’équipe s’en tirerait mieux que «six à huit clubs» actuellement dans la LNH

L'attaquant du Canadien Steve Rooney est arrete par le gardien Mario Gosselin des Nordiques tout en etant retenu par le defenseur des fleurdelises Normand Rochefort.  Les Nordiques ont finalement gagne le premier match 2-1 en prolongation et la serie 4 victoires contre 3.
18 avril 1985
PHOTO LES ARCHIVES / LE JOURNAL DE MONTREAL
Le Journal de Montreal L'attaquant du Canadien Steve Rooney est arrete par le gardien Mario Gosselin des Nordiques tout en etant retenu par le defenseur des fleurdelises Normand Rochefort. Les Nordiques ont finalement gagne le premier match 2-1 en prolongation et la serie 4 victoires contre 3. 18 avril 1985 PHOTO LES ARCHIVES / LE JOURNAL DE MONTREAL

Coup d'oeil sur cet article

Une équipe de la LNH à Québec s’en tirerait mieux financièrement que six à huit équipes qui évoluent dans le circuit Bettman, selon le vice-président des communications de l’Avalanche du Colorado.  

• À lire aussi: Le Canadien ne peut pas empêcher la venue d'une équipe à Québec, selon Serge Savard  

• À lire aussi: Départ des Nordiques: quand la trompette s’est tue  

Outre l’acquisition d’une franchise, le principal enjeu du retour de la LNH à Québec est la rentabilité d’une équipe dans ce marché de taille modeste.    

Or, Jean Martineau, qui a également agi comme directeur des relations de presse des Nordiques, croit qu’avec « l’investissement de propriétaires vigilants », les Nordiques 2.0 pourraient bien s’en sortir.     

Il y a exactement 25 ans, Marcel Aubut annonçait aux partisans la vente et le déménagement des Fleurdelysés.    

Écoutez l’entrevue intégrale de Jean Martineau.  

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions