/news/coronavirus
Navigation

Le Québec en déconfinement: les campings n’attendent que le feu vert

De nombreuses mesures ont été mises en place en espérant le feu vert du gouvernement

Au camping Stoneham, les propriétaires Mathieu Blanchet et Camille Gagné-Sainclair, qui ont repris le flambeau d’André Gagné et Joanne Sainclair, à droite, sont impatients de rouvrir la guérite donnant accès au site.
Photo Jean-François Desgagnés Au camping Stoneham, les propriétaires Mathieu Blanchet et Camille Gagné-Sainclair, qui ont repris le flambeau d’André Gagné et Joanne Sainclair, à droite, sont impatients de rouvrir la guérite donnant accès au site.

Coup d'oeil sur cet article

Les propriétaires de terrains de camping s’impatientent et se sont préparés à recevoir des campeurs; ils n’attendent que le feu vert des autorités pour ouvrir.   

• À lire aussi: Les centres d’achats en région rouvriront le 1er juin  

• À lire aussi: Le Québec se déconfine: voici ce qui est ouvert ou fermé, permis ou interdit  

Au Camping Stoneham, Camille Gagné-Sainclair et son conjoint, Mathieu Blanchet, reprenaient cette année le flambeau de la gestion du site, dont s’occupaient ses parents, Joanne Sainclair et André Gagné, depuis des années.    

  • Écoutez l'entrevue de Camille Gagné-Sainclair avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Camille Gagné-Sainclair<br>
<i>Camping Stoneham</i>
Photo Jean-François Desgagnés
Camille Gagné-Sainclair
Camping Stoneham

Tout un baptême pour elle, en temps de pandémie ! Le Journal a rencontré la famille qui attend avec impatience les consignes de la santé publique pour pouvoir enfin ouvrir.    

En camping, la distance entre les campeurs est facile à maintenir, assure la direction.
Photo Jean-François Desgagnés
En camping, la distance entre les campeurs est facile à maintenir, assure la direction.

«J’ai de la misère à comprendre la logique du gouvernement. Ils ouvrent les centres d’achats et nous, on ne peut pas ouvrir, alors qu’on est en plein air!» déplore Camille.    

Les visiteurs seront accueillis par des plexiglas.
Photo Jean-François Desgagnés
Les visiteurs seront accueillis par des plexiglas.

Organisation  

Même si elle demeure dans l’incertitude concernant la suite de l’été, la famille ne s’est pas tourné les pouces. On a repensé chacun des processus.    

Au camping Stoneham, les propriétaires Mathieu Blanchet et Camille Gagné-Sainclair, qui ont repris le flambeau d’André Gagné et Joanne Sainclair, à droite, sont impatients de rouvrir la guérite donnant accès au site.
Photo Jean-François Desgagnés

La distance est assurée à l’accueil, où on retrouve l’incontournable désinfectant et les plexiglas, on imagine des façons d’ouvrir certaines zones de jeu, on se résigne à en condamner d’autres.     

Au camping Stoneham, les propriétaires Mathieu Blanchet et Camille Gagné-Sainclair, qui ont repris le flambeau d’André Gagné et Joanne Sainclair, à droite, sont impatients de rouvrir la guérite donnant accès au site.
Photo Jean-François Desgagnés

  

À l’entrée, des marques roses au sol assurent la distanciation. On a choisi le rose pour « mettre de la vie », rigole la propriétaire Joanne Sinclair.
Photo Jean-François Desgagnés
À l’entrée, des marques roses au sol assurent la distanciation. On a choisi le rose pour « mettre de la vie », rigole la propriétaire Joanne Sinclair.

Mathieu fabrique même son propre désinfectant et a mis en place une méthode pour vaporiser chaque site après le départ des campeurs.    

La légendaire araignée du Camping Stoneham sera fermée cet été. Impossible à désinfecter.
Photo Jean-François Desgagnés
La légendaire araignée du Camping Stoneham sera fermée cet été. Impossible à désinfecter.

«On attend juste le go de Legault!» lance Camille.    

Camille reçoit des appels plusieurs fois par jour de campeurs, saisonniers ou passants, qui ont hâte de pouvoir retrouver leur passe-temps.    

Le sort de la piscine et les jeux d’eau est incertain. S’ils ont la permission, les propriétaires ont pensé établir des plages horaires à réservation et de limiter le nombre de baigneurs.
Photo Jean-François Desgagnés
Le sort de la piscine et les jeux d’eau est incertain. S’ils ont la permission, les propriétaires ont pensé établir des plages horaires à réservation et de limiter le nombre de baigneurs.

Déjà, les pertes sont grandes. La saison, en temps normal, débute au début mai. «Il ne faudrait pas dépasser la Saint-Jean parce qu’on sera obligés de rembourser une centaine d’acomptes.»    

Au camping Stoneham, les propriétaires Mathieu Blanchet et Camille Gagné-Sainclair, qui ont repris le flambeau d’André Gagné et Joanne Sainclair, à droite, sont impatients de rouvrir la guérite donnant accès au site.
Photo Jean-François Desgagnés

Au Camping Québec en ville, sur la route de l’aéroport, les portes ouvrent en temps normal autour du 20 avril. C’est donc plusieurs semaines qui tombent à l’eau cette année.     

Le propriétaire, André Provost, accueille la situation en soupirant.    

«C’est mort. Quand on n’accueille pas les saisonniers et les passants, c’est désert», se désole-t-il.    

Même son de cloche dans un autre camping que Le Journal a joint, mais où la propriétaire préférait ne pas être nommée. «On a hâte. On attend après le gouvernement, mais on commence à trouver ça long!»    

Démarches  

À la Fédération québécoise du camping caravaning, la porte-parole, Louise Gagnon, assure que des pressions sont faites pour la réouverture.    

«On veut que les sites accueillent les campeurs. Mais on est conscients que ce sera avec des restrictions.»    

Chez Camping Québec, le PDG Simon Tessier n’a pas souhaité accorder d’entrevue.    

On ne veut pas non plus exposer les détails du plan de déconfinement qu’on a présenté au gouvernement.  

À VOIR AUSSI  

  

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com