/sports/others
Navigation

Salles d'entraînement: les propriétaires trouvent le temps long

Coup d'oeil sur cet article

Les gens ayant hâte de retrouver leur salle d'entraînement peuvent se dire que les propriétaires souhaitent les revoir rapidement, notamment au Saguenay.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

• À lire aussi: COVID-19: 70 nouveaux décès et 614 cas supplémentaires au Québec 

• À lire aussi: COVID-19: le gouvernement Legault doit se préparer à une deuxième vague, plaide l’opposition 

D’ailleurs, l'un d’entre eux comprend mal pourquoi les centres de conditionnement viennent aussi loin dans les priorités de déconfinement.    

«De voir ma salle vide comme ça me déprime. [...] J’ai une boule dans l'estomac, a confié à TVA Nouvelles Christian St-Gelais, du Complexe Fitness Santé de Jonquière. J'ai prêté des appareils et des poids à des gens pour qu'ils puissent s'entraîner à la maison.»    

Quand le gouvernement Legault a exigé la fermeture des centres de conditionnement, le 15 mars, les propriétaires ne pensaient jamais attendre aussi longtemps avant la réouverture. Or, d’après les informations diffusées par Québec, celle-ci ne doit avoir lieu que dans les «phases ultérieures» du plan de reprise provincial, au même titre, notamment, que le retour des grands événements sportifs et culturels ou l’accès aux bars, lieux de culte et restaurants pour manger sur place.    

«C'est reconnu que l'entraînement est bon physiquement, bon pour le moral, bon pour la prévention des maladies. Et nous, on reste fermés. [...] Je suis allé dans un magasin à grande surface, la semaine passée, et tout le monde touchait les aliments sans rien désinfecter. Nous, on demandait déjà aux clients de désinfecter leur appareil avant la pandémie.»    

«Je connais beaucoup de centres de conditionnement et jamais le gouvernement ne nous a appelés pour demander notre avis sur la façon de rouvrir, sur les mesures à mettre en place. J'ai écrit deux lettres au gouvernement et il n’y a eu aucune réponse», a ajouté M. St-Gelais.    

Des fermetures à prévoir  

Ce dernier craint que certains centres soient emportés par la crise et soient contraints de fermer leurs portes pour de bon.    

«Il y a des abonnés qui ont perdu leur emploi et qui n'auront peut-être plus les moyens de continuer. Les salles situées dans les centres commerciaux, avec un loyer important, vont peut-être devoir fermer. [...] Chez certains, la date butoir pour une réouverture est déjà passée.»    

Pour ce qui est des centres de conditionnement en meilleure situation, M. St-Gelais croit qu’ils n'auront pas besoin d'un long préavis avant d'ouvrir.    

«Installer des plastiques et des flèches, distancier les appareils, ce n'est pas compliqué. Mettre en place une limite de clients à la fois, imposer le port du masque, ce sont des choses qui sont applicables», a-t-il énuméré. 


 

 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com