/news/green
Navigation

CHSLD: des patients pleurent parce qu’il fait trop chaud

Des records ont été battus presque partout rendant la tâche ardue dans les CHSLD

Coronavirus - Covid-19
Photo Clara Loiseau Boguslawa Solski, préposée aux bénéficiaires au Centre de soins prolongés Grace Dart de Montréal, a raconté que des patients de l’endroit pleuraient en raison de la chaleur suffocante qui sévit sur le Québec depuis les derniers jours.

Coup d'oeil sur cet article

La situation déjà bien compliquée dans les CHSLD est devenue insoutenable alors que la chaleur extrême des derniers jours a fait fondre en larmes des patients, en plus de fracasser des records presque partout en province mercredi. 

• À lire aussi: Ils ont peur d’être des vecteurs de transmission du virus 

• À lire aussi: Québec attendait le OK de la santé publique 

​« Beaucoup de patients pleuraient [mardi] à cause de la chaleur. Il faisait chaud, et, aujourd’hui [mercredi], c’est sûr que c’est encore pire », a affirmé Boguslawa Solski, préposée aux bénéficiaires au Centre de soins prolongés Grace Dart de Montréal, avant de commencer son quart de travail mercredi.  

À Montréal, le mercure a grimpé à 36,6 °C, ce qui représente la 2e température la plus chaude enregistrée de son histoire, tous les mois confondus. Le record absolu est de 37,6, le 1er août 1975.  

• À lire aussi: Frère et sœur militaires déployés au même centre d’hébergement 

• À lire aussi: Dernier jour de forte chaleur avant la pluie

« C’est un record absolu pour le mois de mai, mais même en juin on n’avait jamais atteint ça. C’est vraiment exceptionnel. Car même l’été, on se rend rarement à des températures aussi chaudes, a expliqué André Cantin, météorologue chez Environnement Canada. On bat des records pratiquement partout dans le sud-ouest du Québec. »  

Son propre ventilateur 

Pour combattre cette chaleur extrême, Boguslawa Solski pense amener son propre ventilateur de la maison et demander à ses collègues de faire de même.   

Elle a avoué avoir « beaucoup de mal à respirer », alors que le travail des employés est compliqué par l’équipement de protection et la chaleur.   

Selon elle, le gouvernement aurait dû envoyer des climatiseurs dans les CHSLD il y a bien longtemps.  

Bénévole au CHSLD Vigi Mont-Royal, où réside sa mère, Randall Dagenais est quant à lui sorti du bâtiment avec le chandail détrempé par la sueur.  

« Je vous le jure, ça, c’est mouillé », a-t-il lancé en tordant son chandail.   

Sueur dans les yeux 

« Des gouttelettes [nous tombent] dans les yeux, ce n’est pas évident », a-t-il poursuivi, ajoutant que l’équipement de protection, comme le masque, n’aide pas à se rafraîchir.   

Avec la canicule, Mme Solski s’attend aussi à ce qu’il manque d’employés.  

« J’ai une amie qui a pris congé aujourd’hui, et mercredi deux autres personnes ont pris congé à cause de la chaleur », a-t-elle affirmé.  

La situation n’est pas près de s’améliorer avant ce week-end, alors que des températures très chaudes sont attendues aujourd’hui et demain.  

« Ce qu’on a vécu [mercredi], on pourrait très bien s’en approcher [jeudi] », selon le météorologue André Cantin.  

–Avec Hugo Duchaine