/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: Québec lance une «grosse campagne» pour recruter 10 000 préposés

Québec lance une vaste campagne de recrutement de préposés aux bénéficiaires qui pourrait nuire au privé

Coup d'oeil sur cet article

François Legault lance une vaste campagne de recrutement pour trouver 10 000 préposés aux bénéficiaires pour septembre, sans quoi des employés de l’État pourraient devoir travailler dans les CHSLD. 

• À lire aussi: Rapport de l'armée sur les CHSLD: le port de l’équipement de protection souvent déficient 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie 

• À lire aussi: COVID-19: 89 nouveaux décès et 541 cas supplémentaires au Québec 

Le premier ministre met le paquet pour rendre le boulot de préposé aux bénéficiaires séduisant.   

Photo Simon Clark

Les Québécois souhaitant suivre la formation express de trois mois à compter de la mi-juin seront rémunérés à raison de 760 $ par semaine.   

Dès leur embauche en CHSLD, le salaire d’entrée sera de 26 $ l’heure. Avec un revenu annuel d’au moins 49 000 $, ces préposés qui œuvrent à temps plein auprès des personnes en perte d’autonomie jouiront d’un niveau de revenu plus élevé que la moyenne québécoise, qui est de 43 900 $, selon les dernières données de Statistique Canada.   

Photo Simon Clark

« Je pense [que] c’est une offre qui est intéressante », a affirmé mercredi François Legault. Il n’a pas manqué de faire miroiter le régime de retraite du secteur public et les avantages sociaux offerts aux employés de l’État qui y sont associés.    

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Québec et Le Journal de Montréal, à QUB Radio:  

Ce recrutement massif est nécessaire pour faire face à la seconde vague de contamination du virus appréhendée à l’automne. « On espère que la deuxième vague, s’il y en a une, n’arrivera pas avant le 15 septembre », a glissé le premier ministre.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Aide prolongée des soldats 

D’ici à ce que tout ce beau monde soit formé, François Legault a besoin de l’aide des 1000 soldats de l’armée canadienne actuellement déployés dans les CHSLD.    

« J’aimerais que les militaires restent jusqu’à la mi-septembre », a-t-il précisé. Il en a fait la demande formelle à son homologue fédéral.   

« C’est gênant pour toute la société » d’avoir un manque criant de personnel pour prendre soin de nos aînés au point de devoir recourir à l’armée canadienne, a admis le PM québécois.     

La ministre de la Santé, Danielle McCann, le directeur de la santé publique, Horacio Arruda, et le premier ministre François Legault se rendant à la conférence de presse sur l’état de propagation du virus mercredi. M. Legault a dit avoir besoin de l’aide des 1000 soldats de l’armée canadienne actuellement déployés dans les CHSLD jusqu’à la mi-septembre.
Photo Simon Clark
La ministre de la Santé, Danielle McCann, le directeur de la santé publique, Horacio Arruda, et le premier ministre François Legault se rendant à la conférence de presse sur l’état de propagation du virus mercredi. M. Legault a dit avoir besoin de l’aide des 1000 soldats de l’armée canadienne actuellement déployés dans les CHSLD jusqu’à la mi-septembre.

Mais l’aide des soldats jusqu’à l’automne est loin d’être acquise. « Je pense que nous comprenons tous que d’avoir des soldats dans nos CHSLD, c’est pas une solution à moyen ou long terme. C’est une solution à court terme », a fait valoir Justin Trudeau mercredi.   

En entrevue à CBC, son ministre de la Défense en a remis.   

Photo Simon Clark

« Quand nos gens travaillent sept jours sur sept, ce n’est pas viable. Nous allons faire l’analyse pour déterminer combien de temps nous pouvons [rester] », a dit Harjit Sajjan.   

Et si le recrutement ne répond pas aux attentes ou si les militaires quittent le Québec avant cette date ?   

« Nous pouvons demander aux employés du gouvernement d’aller travailler dans les CHSLD pendant quelques mois, mais vraiment, ce que j’aimerais, c’est de réussir à former ces 10 000 personnes », a indiqué François Legault.   

Mais contrairement à l’adage, ce qui est bon pour pitou n’est pas nécessairement bon pour minou. Ces avantages alléchants pour travailler dans les CHSLD risquent fort de siphonner le personnel des résidences privées pour aînés (RPA).   

2 fois plus payant qu’en RPA 

« Je ne sais pas comment on va faire pour rivaliser avec ça. Ils offrent un gros salaire, alors ils vont venir drainer » notre personnel, déjà difficile à recruter, déplore Catherine Paré, directrice générale de deux RPA sur la Rive-Sud de Québec.    

  • Écoutez l'entrevue de Catherine Paré avec Jonathan Trudeau à QUB Radio:

Photo Simon Clark

 Ses employés gagnent environ 26 000 $ annuellement. Le gouvernement va offrir le double aux préposés qui vont venir travailler en CHSLD.   

« C’est impossible [d’accoter ça] », insiste Mme Paré, qui précise que ses résidences sont soumises à des normes élevées de qualité. « Qu’est-ce que le gouvernement va faire pour aider les RPA, pour les garder en vie ? On est quand même 2600 au Québec ! »     

49 000 $ à l’embauche        

  • Une formation sera offerte de la mi-juin à la mi-septembre pour former des préposés aux bénéficiaires pour les CHSLD.  
  • Les gens qui suivront la formation express de trois mois seront rémunérés à raison de 760 $ par semaine.    
  • Dès leur embauche en CHSLD, le salaire d’entrée sera de 26 $ l’heure, c’est-à-dire 940 $ par semaine ou 49 000 $ par an.    
  • Participation au régime de retraite du secteur public.    
  • Bénéfices marginaux offerts aux employés de l’État.    
  • ÉCOUTEZ l'analyse du point de presse à QUB radio:   

 


 

 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com