/entertainment/tv
Navigation

«Ça va bien aller»: réunis pour la dernière fois

L’émission a tiré sa révérence jeudi

Fabien Cloutier et Marie-Soleil Dion
Photo capture d’écran, TVA Fabien Cloutier et Marie-Soleil Dion lors de la dernière émission de Ça va bien aller.

Coup d'oeil sur cet article

Pour la première fois depuis huit semaines, Fabien Cloutier et Marie-Soleil Dion ont animé ensemble, physiquement, la toute dernière émission de Ça va bien aller, jeudi soir. Une façon significative de terminer le projet, qui, avec le déconfinement, perd la raison première de sa création.

À l’autre bout du fil, les deux animateurs n’ont pas été surpris par la fin de l’émission annoncée la semaine dernière.

«On a commencé à se déplacer, à sortir, on est allé voir Richard Séguin, entre autres. Et peut-être qu’en se déplaçant, on devenait standard, alors que Ça va bien aller est un show de confinés», souligne Fabien Cloutier à l’autre bout du fil.

Sa complice est du même avis. «Ce show-là a été fait pour accompagner les gens dans une période difficile et transitoire, explique Marie-Soleil Dion. On savait dès le départ que c’était un show temporaire. Ça devait durer quatre semaines et on en a fait huit. À partir du moment où d’autres genres de shows recommencent, ça n’a plus rapport qu’on soit enfermés dans nos salons.»

Les deux animateurs se disent fiers du travail accompli, et avec raison. Animer une quotidienne créée en 10 jours relève de l’exploit. «J’avais le sentiment qu’on servait à quelque chose, ajoute Marie-Soleil Dion. La réaction du public a été très forte et c’est ce qui a été le plus agréable. L’impression de faire partie d’un mouvement.»

Effectivement, le public était au rendez-vous avec une moyenne d’écoute de 960 000 téléspectateurs quotidiennement. 

Tirer des leçons

Les deux animateurs confient tirer des leçons de toute cette expérience télé. «Il va falloir qu’on réfléchisse à comment on va recommencer à faire de la télé, soutient Marie-Soleil Dion. Je pense qu’il ne faut pas que ça devienne un standard et qu’on se dise : on l’a fait comme ça, on va le refaire. Parce que ce n’est pas cool ne pas avoir de techniciens. Oui, on a réussi à le faire, mais le travail de tout le monde est essentiel sur un plateau. Je m’en rends compte encore plus.»

Même avec la fin de Ça va bien aller, Fabien Cloutier souhaite que la télévision québécoise continue à mettre en lumière ses citoyens et citoyennes. 

«Il y a encore beaucoup d’initiatives à mettre de l’avant, dit-il. Il va falloir continuer de donner la parole à tous les gens du Québec. Moi, quand je vais rembarquer dans un autre projet télé, ce sera parce que j’aurai l’occasion de me promener et d’aller à la rencontre de tout le monde.»