/news/coronavirus
Navigation

Camping en région éloignée: Arruda dit aux Montréalais d’attendre

Coup d'oeil sur cet article

Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, demande aux Montréalais d’attendre encore un peu avant de se rendre dans une région éloignée pour camper ou séjourner dans un chalet.

• À lire aussi: 10 000 préposés recherchés: «Engagez-vous!», demande François Legault

• À lire aussi: COVID-19: 74 nouveaux décès et 563 cas supplémentaires au Québec

• À lire aussi: Les Montréalais aussi pourront aller camper en région

« La situation, elle est fragile encore dans la région métropolitaine Autant que faire se peut, moi, je recommande à ce que les gens restent le plus [longtemps possible] dans leur univers compte tenu, je vous dirais, de la haute transmission dans la région métropolitaine », a déclaré jeudi le Dr Arruda, aux côtés du premier ministre.

Il est toutefois conscient que sa « prescription » ne sera « pas suivie à 100% », et il n’est pas question pour l’instant d’ériger une « barricade » pour empêcher les touristes du Grand Montréal d’effectuer de longs déplacements.

Il espère malgré tout qu’une majorité de Montréalais suivront sa recommandation, et envisage de réévaluer sa position d’ici une ou deux semaines.

Photo Simon Clark

Acceptabilité sociale

Visiblement, le Dr Arruda ne partage pas l’enthousiasme exprimé mercredi par la ministre du Tourisme Caroline Proulx, qui s’est dite « convaincue » que, partout au Québec, les gens seraient « heureux d'accueillir des Montréalais ».

« Ce n'est pas le temps nécessairement, automatiquement, de tous se garrocher dans l'Est-du-Québec, la région de Montréal, parce qu'on va avoir un potentiel d'ensemencement », a-t-il insisté.

« À Montréal, c'est fragile. Puis, il y a aussi des questions d'acceptabilité sociale. Allez-vous être les bienvenus ou pas? Il y a ça aussi, a-t-il souligné. Il faut qu'elle reparte, l'économie, [mais] on ne peut pas la faire repartir à 100% actuellement. »

Apparente contradiction

Un peu plus tôt, les partis d’opposition n’ont pas manqué de relever l’apparente contradiction entre le discours de la ministre Proulx et celui porté à ses côtés par l’adjoint du Dr Arruda, le Dr Richard Massé, lors de l’annonce du plan de déconfinement en tourisme.

« J'écoute le Dr Massé, qui nous dit que ça doit être des voyages idéalement pas trop loin de chez soi. [...] Il y a deux versions. La ministre du Tourisme dit oui, puis le Dr Massé dit non », a relevé le chef parlementaire du Parti Québécois.

« Ce qu'on a vu hier. Ce n'est pas clair, ce n'est pas cohérent », a déploré pour sa part Frantz Benjamin, porte-parole de l'opposition libérale en tourisme.

Bien qu’ils plaident pour le respect des consignes de la santé publique, les libéraux s’inquiètent toutefois pour la survie des commerces et des restaurants en région, que les touristes sont appelés à éviter.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à scoop@quebecormedia.com

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres