/news/coronavirus
Navigation

Trudeau soutient qu’il est primordial d’aider les pays en développement à se relever de la crise de la COVID-19

Trudeau soutient qu’il est primordial d’aider les pays en développement à se relever de la crise de la COVID-19
AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le Canada se doit d’être présent pour aider les pays en développement à se relever du choc économique causé par la COVID-19, a plaidé le premier ministre Trudeau jeudi, même si le déficit fédéral risque d’atteindre 260 milliards $.

• À lire aussi: Soldats en CHSLD: «le Québec paie sa part pour l’armée», répond Legault à Trudeau

• À lire aussi: Les partis d’opposition exhortent Ottawa à renouveler un programme de lutte contre la traite de personnes

• À lire aussi: Bientôt la fin de la Prestation canadienne d'urgence?

«Nous savons, au Canada, que même si on a à gérer cette crise de façon domestique, il n’y aura pas de solution à moins que l’économie de la planète et la situation de la COVID-19 à l’échelle mondiale soient réglées», a soutenu Justin Trudeau en marge d’une conférence des Nations Unies coorganisée par Ottawa.

«Nous ne pouvons pas seulement nous occuper de nous-mêmes et espérer que les autres s’en sortent», a-t-il ajouté en faisant valoir que l’économie du Canada est «interconnectée» à la santé financière et commerciale à l'échelle internationale.

Par ailleurs, M. Trudeau est resté vague sur la durée d’un éventuel prolongement de la mission des Forces armées canadiennes dans les CHSLD du Québec durement touchés par la crise de la COVID-19, lorsque la question lui a été posée.

«Nous allons évidemment être là pour continuer à aider, mais comme j’ai dit depuis le début, ce n’est pas une solution à long terme d’avoir des soldats dans nos CHSLD, a-t-il offert. C’est une mesure intérimaire et on veut regarder comment on peut passer à une prochaine étape pour que le Québec puisse prendre le contrôle sur la situation directement.»

Le premier ministre québécois François Legault souhaite que les quelque 1000 militaires envoyés en renfort restent sur le terrain jusqu’au 15 septembre. Le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, a toutefois indiqué en entrevue à CBC que cela ne serait pas possible pour toute cette durée en maintenant la même intensité de la mission.

M. Trudeau a fait ces commentaires, jeudi, dans un point de presse clôturant une conférence des Nations Unies ayant pour objectif d'offrir une réponse concertée aux défis économiques et sociaux que pose la crise de la COVID-19.

L’ONU estime que l’économie mondiale perdra 8500 milliards $ US au cours des deux prochaines années si rien n’est fait.

Une cinquantaine de dirigeants de la planète ont pris part à l’événement de jeudi, mais l’absence de certains, comme le président américain Donald Trump, a été remarquée.

La vidéoconférence coorganisée par Ottawa survient au moment où le Canada tente d’obtenir l’un des deux sièges non permanents disponibles au Conseil de sécurité des Nations Unies, aussi convoités par la Norvège et l’Irlande. Le vote doit se tenir en juin.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.