/news/currentevents
Navigation

Proprio de dépanneur coupable d’avoir agressé deux fillettes

Coup d'oeil sur cet article

Un propriétaire de dépanneur de la Montérégie, qui avait l’habitude de donner des bonbons aux enfants, sera de retour devant le tribunal en juin pour débattre de la peine à lui imposer pour avoir agressé sexuellement deux fillettes.

Korey Foomani a été reconnu coupable au terme d’un procès qui s’est tenu juste avant le déclenchement de l’état d’urgence sanitaire, au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield.

L’homme de 48 ans faisait initialement face à des accusations de séquestration, d’agression et de contacts sexuels envers trois jeunes filles âgées de 5 à 11 ans. 

Le juge Bertrand St-Arnaud l’a toutefois acquitté des chefs de séquestration et n’a retenu que le témoignage de deux des petites victimes, estimant que la troisième a menti « avec beaucoup de naturel ».

Les crimes ont été commis entre janvier 2015 et mai 2018, au dépanneur que possédait l’agresseur à L’Île-Perrot.

Sur les genoux du proprio

Foomani a amené les deux fillettes, qui font par ailleurs partie de la même famille, dans son bureau à l’arrière du commerce pour les asseoir sur ses genoux et les frotter contre lui.

En ce qui concerne la cadette, le commerçant l’a prise de la sorte à une reprise et a fait « lever son pénis », a décrit la bambine dans ses mots d’enfant.

L’aînée a quant à elle été ciblée à plusieurs occasions par l’accusé, tant dans son bureau que derrière le comptoir de l’établissement. 

À un moment, il a même mis sa main à l’intérieur du legging de la fillette, sans toutefois lui toucher les parties génitales.

Le juge St-Arnaud a qualifié le témoignage de l’aînée de « criant de vérité », car l’enfant était émotive à plusieurs égards et mimait les gestes posés à son endroit.

Pour des bonbons...

Le magistrat a même demandé à l’enfant pourquoi celle-ci continuait de fréquenter le dépanneur malgré les agressions. 

« Elle répond ceci : “[On] voulait toujours acheter des friandises et je ne pensais pas qu’il allait toujours recommencer.” Le tribunal accepte cette explication, surtout que l’accusé donnait souvent des bonbons aux enfants », a-t-il relaté lors du prononcé des verdicts de culpabilité il y a quelques mois. 

Foomani a reconnu qu’il donnait des câlins aux fillettes, mais niait tout geste à connotation sexuelle. 

Il affirmait que son commerce était si achalandé qu’il n’avait pas le temps d’aller dans son bureau.

« Les agressions n’ont duré que quelques dizaines de secondes tout au plus », a rappelé le magistrat.

Lors de la lecture du jugement, au moment où le juge St-Arnaud a affirmé ne pas croire la version de l’accusé, ce dernier s’est évanoui, a rapporté La Voix Régionale Vaudreuil-Soulanges


Korey Foomani reviendra devant le tribunal en juin pour les observations sur la peine.