/investigations/truth
Navigation

Comparaisons trompeuses à propos des décès

François Legault
Photo Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Chaque samedi, les recherchistes de notre Bureau d’enquête de Montréal, Québec et Ottawa débusquent les fausses nouvelles, vérifient des déclarations et trouvent les vrais chiffres.


L’ÉNONCÉ

Le premier ministre François Legault a tenté de relativiser mercredi le taux de décès élevé des victimes de la COVID-19 au Québec.

« Quand on regarde les grandes villes du Nord-Est nord-américain et la plupart des grandes villes en Europe, on a un nombre de décès par million d’habitants qui est comparable au Québec, même, dans certains cas, pire qu’au Québec. » 

Il a ensuite cité en exemples New York, Boston, Chicago, Detroit, Philadelphie, Washington DC, Londres, Paris et Madrid. 

« Si vous allez voir les chiffres dans ces villes-là, c’est tout comparable ou pire à ce qu’on a vécu à Montréal », a-t-il ajouté. 

LES FAITS

On ne peut pas comparer le taux de mortalité de la province de Québec avec celui de grandes villes. Si on compare Montréal avec ces villes, l’affirmation de M. Legault n’est pas exacte. Selon les plus récentes données officielles de chacune de ces villes, les deux tiers d’entre elles ont un taux de mortalité significativement plus bas que celui de Montréal. Le taux de décès par million d’habitants de Montréal (1314) est plus élevé que ceux de Boston (905), Chicago (762), Philadelphie (794), Washington DC (663), Londres (878) et Paris (925). Seules les villes de New York (2508), Detroit (2019) et Madrid (1442) ont des taux de mortalité plus élevés. 

Dix jours de congé, mais pas pour tous

L’ÉNONCÉ

Le député du Bloc québécois Alain Therrien a réagi mardi en Chambre à l’intention de Justin Trudeau d’offrir 10 jours de congés de maladie payés par année pour aider les travailleurs qui auraient, par exemple, des symptômes associés au coronavirus.

« Malheureusement, étant donné que 95 % des travailleurs ne sont pas soumis au Code canadien du travail, on s’aperçoit que ce n’est pas ici que cela va se décider », a-t-il soutenu.

LES FAITS

Effectivement, seulement 6 % de la main-d’œuvre est assujettie aux normes du travail fédérales, selon Emploi et Développement social Canada. Cela représente environ 900 000 travailleurs du secteur privé qui œuvrent dans divers secteurs, comme les banques et le transport ferroviaire. Ces normes encadrent par exemple les heures de travail, les congés et les vacances des employés.  

Il est donc vrai que le gouvernement fédéral ne pourra donner de congés payés en claquant des doigts, puisque le travail de la grande majorité de la population est réglementé par les provinces ou les territoires. Justin Trudeau a d’ailleurs indiqué que des discussions étaient en cours à ce sujet avec les provinces puisqu’il s’agit d’une compétence partagée.