/lifestyle/health
Navigation

COVID-19: des effets positifs sur nos habitudes alimentaires

Healthy food background
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Les habitudes alimentaires se sont considérablement modifiées durant la pandémie, selon un sondage web récent conduit sur la plateforme InbeTM auprès de 524 Québécois âgés de 25 à 65 ans. Les changements sont-ils favorables ou non ? Tour d’horizon des résultats !

L’étude, conduite en collaboration avec la nutritionniste Isabelle Marquis, témoigne de l’effet de la pandémie tant sur les habitudes d’achat (fréquence des visites en épicerie, planification détaillée, gestion des réserves) que sur la gestion du budget qui s’avère, pour plusieurs, limité. 

Manger ensemble

Plus de 30 % des répondants indiquent prendre le temps de manger tous ensemble et cuisiner pour le plaisir. Des résultats qui se reflètent aussi au niveau national. Un sondage Nielsen (Impact of Covid-19 on Consumer Behaviour Survey) conduit en avril au pays révèle que 40 % des Canadiens cuisinent plus et 21 % beaucoup plus depuis le début de la pandémie. 


Du papier de toilette à la farine

Healthy food background
Photo Adobe stock

Selon Nielsen, les achats ont changé depuis le début de la pandémie, en mars, c’est le papier de toilette qui volait la vedette, en avril, ce sont les produits pour cuisiner (huiles, épices, farines, etc.). Les produits vendus à prix courant connaissent aussi une hausse. 


Des effets durables

Toujours selon les résultats du sondage InbeTM, présentés par Mme Marquis lors d’un webinaire, 44 % des répondants indiquent que leurs habitudes alimentaires se sont améliorées durant la crise. 

Le fait d’aller moins au restaurant et de cuisiner davantage est perçu comme une amélioration, reste à valider si les nouvelles habitudes se traduisent par une hausse de la qualité nutritionnelle. 

Questionnés sur leurs intentions post-COVID, les répondants indiquaient vouloir conserver certaines habitudes. Ils souhaitent notamment prendre le temps de manger tout le monde ensemble, manger moins rapidement, surtout le midi, en prenant le temps de déguster les repas. Les consommateurs ont aussi réalisé que cuisiner davantage les collations et les desserts peut s’avérer plus facile qu’ils le pensaient et ils ont l’intention de continuer à le faire. Préparer plus de repas à la maison et manger moins au resto semblent aussi dans leurs souhaits, selon le sondage. Ces intentions pourraient se traduire par une chute significative de la consommation d’aliments ultra-transformés.


Stockage pour 10 mois

Le stockage a eu un impact sur la chaîne d’approvisionnement et un sondage récent indique que 52 % des Canadiens sont préoccupés par les pénuries alimentaires au cours des prochains mois (Global Survey to shed light on how consumer sentiment and behavior are impacted by the Coronavirus-Wave 2 2020). Ce même sondage révèle que 18 % des répondants ont mentionné que la période pour écouler les produits achetés en début de pandémie pourrait s’étirer jusqu’à 10 mois. 


Moins de prêt-à-manger

Healthy food background
Photo Adobe stock

Selon le sondage, les mets prêts-à-manger ont moins d’attrait pour le consommateur qui préfère cuisiner lui-même ses repas. Si les ventes en ligne de boîtes-repas ont connu une hausse significative, le rayon du prêt-à-manger des épiceries a connu une baisse. Les ventes de barres tendres ont aussi chuté, les gens préférant cuisiner leurs collations eux-mêmes. En épicerie, on ne peut que constater que les hausses significatives des ventes sont reliées aux produits de base (farine, sucre, levure, produits en conserve, légumes et fruits surgelés). 


Le commerce en ligne en croissance

La COVID a considérablement modifié nos habitudes d’achat. Il y a une croissance significative des ventes en ligne. De nouveaux consommateurs y font maintenant leurs emplettes et le panier d’achats moyen connaît une hausse. Pour le consommateur, la livraison rapide et le fait de livrer de façon sécuritaire les produits alimentaires sont les deux facteurs les plus importants dans leur décision d’achat. D’ailleurs, plusieurs plateformes de ventes en ligne ont vu le jour récemment, dont Maturin et Ma Zone Québec. L’engouement pour les produits locaux incite les consommateurs à naviguer davantage sur ces plateformes d’achats en ligne.


Nutri Québec : Mieux comprendre les habitudes en temps de pandémie

Une équipe de chercheurs, sous la coordination du Dr Benoît Lamarche, directeur scientifique du Centre de recherche Nutrition, santé et société de l’Université Laval, est à étudier les impacts de la pandémie sur les habitudes alimentaires, l’activité physique et le sommeil des Québécois. Regroupant plus de 2500 participants, l’étude en cours permettra de mieux comprendre les impacts d’une telle crise sanitaire et de mieux guider les décideurs dans l’éventualité d’une autre situation similaire.


► Pour des conseils en nutrition, visitez mon blogue isabellehuot.com