/news/coronavirus
Navigation

Ils ont vaincu la COVID-19: «On pensait bien que c’était la fin»

La centenaire est vraisemblablement l’une des Québécoises les plus âgées à avoir vaincu le virus

102-ans
Photo courtoisie Thérèse Malo-Meilleur, âgée de 102 ans, a survécu à la COVID-19 au plus grand soulagement de ses proches qui ont vécu des jours d’angoisse, craignant de la perdre.

Coup d'oeil sur cet article

Une femme de 102 ans a survécu à la COVID-19 au plus grand soulagement de ses proches qui ont vécu des jours d’angoisse, craignant de la perdre.

• À lire aussi: Ils ont vaincu la COVID-19

« On pensait bien que c’était la fin », confie Michel Meilleur, rassuré, mais aussi étonné de voir que sa mère ait ainsi défié les plus sombres pronostics, sachant à quel point le coronavirus a causé l’hécatombe chez les aînés de la province.

Thérèse Malo-Meilleur est vraisemblablement l’une des Québécoises les plus âgées à vaincre la COVID-19.

« Mais combattre la maladie l’a beaucoup affaiblie [...] ça l’a vidée complètement », admet son fils, une semaine après son retour chez elle aux Habitations Bordeleau à Saint-Charles-Borromée, dans Lanaudière.

Longue convalescence

La convalescence sera longue. Heureusement, ses proches peuvent désormais se rendre à son chevet, 20 minutes chaque jour. « Ça lui fait du bien, et nous aussi ! » lance M. Meilleur, âgé de 75 ans. 

Surtout que la quinzaine de jours que sa mère a passés à l’hôpital à combattre le coronavirus lui ont paru comme une « éternité ».

Lucide et grande joueuse de cartes, Mme Malo-Meilleur est une centenaire en bonne santé. Elle a malgré tout des difficultés à marcher trop longtemps et de légers problèmes cardiaques.

C’est pour cette raison qu’elle avait d’abord dû être hospitalisée. Testée à son arrivée, elle n’avait pas le coronavirus.

Comme bien d’autres patients malchanceux, elle a cependant contracté la COVID-19 sur place. Maux de tête, fièvre et aussi besoin d’oxygène pour respirer, le virus l’a frappée fort et surtout, longtemps.

Soins « extraordinaires »

« On était au désespoir de voir que ça ne voulait pas partir », souffle son fils, angoissé chaque jour et incapable d’être au chevet de sa mère dans ses terribles moments.

Cette dernière perdait l’appétit et refusait de manger par moments. Malgré tout, M. Meilleur salue les soins « extraordinaires » reçus par sa mère à l’hôpital Pierre-Le Gardeur, à Terrebonne.

Quand il parlait à sa mère, elle lui répétait qu’elle s’ennuyait de lui, de ses frères et sœurs, et qu’elle avait hâte de retourner chez elle. Mais fidèle à ses habitudes, elle ne s’est jamais plainte.

Résiliente, battante, voire entêtée : Michel Meilleur a reconnu sa mère dans sa lutte contre le coronavirus.