/news/coronavirus
Navigation

Télétravail: les relations publiques... sans événements

Two business owner are working together to pack products and check customers' orders on their laptops at home.
wutzkoh - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

L’industrie des relations publiques québécoises a elle aussi subi les contrecoups de l’arrivée de la COVID-19. Depuis mars, fini les événements et les rencontres promotionnelles. Tout a été transféré en ligne et est relayé à partir d’un domicile.  

Rapidement, les entreprises ont longuement dû discuter avec leurs clients et les médias pour parler d’annulations ou de reports. Si l’aspect social a été transformé, l’adaptation n’a par contre pas nécessairement été des plus ardues.  

«Je me suis rendue compte qu’on était déjà très à même de travailler à distance, mais on aimait être ensemble, dans notre bureau à l’agence, très central, très “lifestyle”, affirme Thara Tremblay-Nantel, présidente et fondatrice de Thara Communications. Tous nos dossiers sont en partage constant, que ce soit via Excel, Google Docs, Dropbox, MailChimp... Tout était déjà fait en ligne. Ayant une équipe assez jeune, c’est facile de dire “ok, on se fait un FaceTime, un Zoom, on se transfère des courriels”. Logistiquement parlant, ça se fait mieux qu’on pensait.»  

Garder le lien  

Évidemment, les rendez-vous en ligne se sont multipliés. Il a donc fallu prendre au sérieux la brèche Zoom, la plateforme étant maintenant associée à des intrusions dans la vie privée.  

«Plus souvent qu’autrement, avec mon équipe et nos clients, on a utilisé Google Hangout ou FaceTime avec lesquels on peut facilement être huit sur l’appel. Quand on a de petits groupes, c’est ce qu’on prend», explique Thara Tremblay-Nantel.  

L’adaptation s’est également fait sentir dans les tâches de tous les jours alors qu’il a fallu de continuer à composer avec le développement de produits et services.  

«On peut faire beaucoup de choses à distance comme présenter des sujets - La Clinique Virtuelle qui nous a approchés pendant la crise - [...] proposer des entrevues, faire tester les services. Ça nous permet d’obtenir du rayonnement dans des médias traditionnels et influenceurs.»  

«C’est tout l’aspect relationnel qui en prend une claque. [...] Pour les colis, on minimise le plus possible: peut-on envoyer le livre en version électronique? Comme ça, tout le monde est plus en sécurité partout. On s’adapte beaucoup en ligne», ajoute la jeune femme d’affaires.  

Trouver des solutions  

Évidemment, aucune communication web ni projet ne remplace l’effervescence d’être sur les lieux d’un événement, entouré de gens. C’est le manque de contacts personnels que Thara Tremblay-Nantel a rapidement trouvé le plus difficile à assimiler. Heureusement, elle est de nature positive et résiliente.  

«Je dis tout le temps que pour être en entrepreneuriat, il faut avoir un fort leadership et beaucoup d’insouciance aussi.C’est une des choses qui m’aident à passer au travers. [...] Tout le monde est dans le même bateau en ce moment et ça ne me donne rien de stresser pour stresser.»  

Afin de faire «une infirme part» dans le contexte actuel, la principale intéressée joint toutes les semaines sa voix à celles de nombreux collègues des relations publiques. Ensemble, ils discutent de leur environnement professionnel.  

«Je suis quelqu’un qui aime jaser avec les gens et j’aime fondamentalement le domaine des relations publiques. Je me suis dit : “pourquoi on ne ferait pas des 5 à 7 où on jase?” On essaie de trouver des idées, des solutions...»  

 

Trois mots à garder en tête à la maison  

 

Bienveillance  

«C’est sûr qu’à travers tout ça, on va vivre plein d’émotions, ce qui fait que tu n’es peut-être pas à ton 110 % comme tu l’es dans la vie de tous les jours, dit Thara Tremblay-Nantel. Il faut être bienveillant envers soi-même; si aujourd’hui ça te pèse de ne voir personne, que tu es plus amorphe et que t’as juste envie de prendre un bain ou une marche, c’est important de s’écouter.»  

Créativité  

«Ma mère dit souvent que c’est dans l’adversité qu’on reconnaît les grandes personnes. Je me dis : “comment je peux faire une petite différence durant la crise?”. Pour moi, c’est important de laisser un impact positif dans la vie des gens à travers une carrière.»  

Routine  

«Établir une routine, juste pour s’aider à accomplir des choses. Mettre son cadran le matin, dresser une liste de choses à faire. [...] J’aime me donner des missions à chaque jour, c’est bon pour le moral. Quand je mets un crochet à côté parce que c’est fait, ça me fait du bien.»