/finance/business
Navigation

Les salons sont prêts à recevoir leurs clients

Coup d'oeil sur cet article

Pour plusieurs Québécois, le 1er juin est une date qui était attendue avec beaucoup d’impatience: c’est demain que les salons de coiffure et d'esthétique vont pouvoir accueillir à nouveau des clients.

Mais pour les propriétaires des salons, c'est tout un casse-tête. C’est le cas au salon de coiffure Studios W, situé à Lévis.

«Tout le personnel ne travaillera pas en même temps. J'ai fait un choix de sécurité pour mes employés», a expliqué la propriétaire du salon, Wendy Keating, en entrevue avec TVA Nouvelles.

«On va travailler en deux équipes séparées, sur sept jours. Donc, on va avoir une équipe de début de semaine et une équipe de fin de semaine, pour éviter de se croiser le plus possible durant la semaine», a ajouté Mme Keating.

«Et si jamais, malheureusement, on avait un cas de COVID dans notre équipe, on va pouvoir continuer à rouler à 50% de notre effectif. Je pense que c'était le meilleur choix pour pouvoir faire face à la situation à l'heure actuelle», a poursuivi la propriétaire du Studios W.

Masque obligatoire

La réouverture des salons de coiffure et d'esthétique vient avec une panoplie de nouvelles règles de sécurité pour protéger les employés et les clients.

«Le masque va être obligatoire pour les clients. Nous ici au Studio W, on a fait ce choix-là parce qu'on avait beaucoup de mesures qui nous étaient proposées par la CNESST. On a décidé de ne pas acheter de blouses jetables parce que ce n'est pas très écologique et c'est un frais supplémentaire pour la clientèle. On demande aux gens de porter le masque et on va changer notre tablier et laver nos mains jusqu'aux coudes entre chaque client. Comme ça, on va être correct et on va pouvoir respecter les normes», a soutenu Mme Keating.

Des mesures qui entraînent des frais

Les nouvelles règles de sécurité entraînent des coûts supplémentaires pour beaucoup d’entreprises. Les salons de coiffure n’y échappent pas. 

«On va avoir une augmentation qui est en lien direct avec toutes les mesures sanitaires qui nous sont imposées, les coûts des produits nettoyants. Ensuite, on ne peut pas prendre autant de clients en même temps. On est obligé de faire, mettons, quatre, cinq clients de moins par jour, par coiffeur. Donc oui, un frais est relié à ça, et ce n'est pas pour aller rechercher ce qu'on n'a pas gagné dans les deux derniers mois! Ça, c'est perdu de toute façon, mais on va en ce sens-là pour être capable de continuer à maintenir un bon service et demeurer ouvert aussi», a estimé la propriétaire de salon.

En vue de la réouverture, Wendy Keating et son équipe ont testé les nouvelles mesures en ce dimanche.

«Pour moi, mon équipe est super importante pour moi et c'est une situation anxiogène pour nous, les coiffeurs. Je sentais mon équipe un peu fébrile avec toute l'arrivée des nouvelles mesures. Donc, ce matin, on est venus et on s'est fait une pratique entre nous pour comment on accueille le client», a relaté Mme Keating.

Salons d'esthétique

Les salons d'esthétique situés à l’extérieur du Grand Montréal pourront également rouvrir leurs portes dès lundi. Et ils devront aussi s’adapter à une nouvelle réalité.

«Tous les soins vont reprendre : soins du visage, massothérapie, pose des cils, épilation, soins des ongles», a expliqué Andréa Bédard de l’Institut Andréa Bédard à Stoneham.

«Je vais laisser 15 minutes entre chaque cliente pour que les clientes n’aient pas à se croiser. Je vais ensuite faire la désinfection du salon au grand complet», a poursuivi Mme Bédard.

Pour certains soins, le port du masque est impossible. «Quand les clientes ne pourront pas porter de masque, comme pour une épilation au visage, un facial ou un massage, je vais avoir ma visière», a soutenu la propriétaire de l’Institut Andréa Bédard.