/sports/hockey
Navigation

Rick Nash conseille Jack Eichel

Rick Nash conseille Jack Eichel
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

N’ayant participé qu’à quatre parties éliminatoires au cours de ses neuf premières campagnes dans la Ligue nationale de hockey (LNH), Rick Nash est bien placé pour comprendre Jack Eichel, et il n’a pas hésité à lui donner quelques conseils.

Eichel, sélectionné au deuxième échelon du repêchage de 2015 par les Sabres de Buffalo, devrait amorcer cet automne une sixième campagne au sein du circuit sans avoir goûté aux séries. Nash était dans la même situation avec les Blue Jackets de Columbus en 2008. Il a en effet disputé ses premières rencontres éliminatoires à sa sixième année – l’équipe s’est fait balayer par les Red Wings de Detroit en 2009.

Jack Eichel
Photo d'archives
Jack Eichel

«C’est frustrant, a concédé Nash au réseau Sportsnet, vendredi. J’aurais aimé avoir quelques matchs de séries quand j’étais jeune, comme Corey Perry et Ryan Getzlaf, sans avoir toute la pression et simplement participer à des matchs pendant que se joue le meilleur hockey au monde. Je crois que ça m’aurait aidé d’avoir cette expérience pour la fin de ma carrière.»

Tanné

Eichel s’est vidé le cœur la semaine dernière lors d’une conférence téléphonique avec les médias de Buffalo. Il a indiqué qu’il est tanné de perdre et qu’il était frustré puisqu’il visait la coupe Stanley chaque année lorsqu’une nouvelle saison débute.

«Je peux comprendre [Eichel], mais il doit croire au processus [de reconstruction], a dit Nash. J’ai passé neuf ans à Columbus et je croyais au processus. Mais à un moment, je regardais ma carrière filer en ayant joué que quatre parties éliminatoires....»

«Le conseil que j’ai pour lui serait d’être patient, de croire au processus et de mener les gens autour de lui dans cette bataille en leur montrant à quel point il veut gagner le championnat.»

Après carrière

Échangé aux Rangers de New York en 2012, Nash a pu disputer son lot de matchs des séries dans la métropole new-yorkaise. Il a en effet pris part à 73 rencontres d’après-saison en cinq ans avec les Rangers, avant d’en ajouter 12 à sa dernière campagne avec les Bruins de Boston.

Maintenant qu’il a accroché les patins, Nash a effectué un retour avec les Blue Jackets à titre d’assistant spécial au directeur général Jarmo Kekalainen. Un emploi qui lui a ouvert les yeux.

«Tout le monde, du directeur général aux dépisteurs en passant par le développement... Il y a tant de travail à faire pour que cette organisation puisse fonctionner. Comme joueur, tu ne le vois pas. Tu te concentres sur ta routine et sur les matchs. J’ai vraiment une nouvelle appréciation à propos du travail nécessaire pour construire une équipe», a avoué Nash.