/sports/soccer
Navigation

Enfin un 1er match chez les pros pour Évelyne Viens

La Québécoise porte les couleurs du Sky Blue FC du New Jersey

Évelyne Viens
Photo d’archives Évelyne Viens, ici dans l’uniforme des Bulls de South Florida, fera ses débuts professionnels le 30 juin à l’occasion du Challenge Cup qui servira de saison pour la NWSL.

Coup d'oeil sur cet article

L’attaquante Évelyne Viens fera ses débuts professionnels le 30 juin.

La commissaire de la National Women Soccer League (NWSL), Lisa Baird, a procédé, lundi, au tirage au sort des premiers duels qui marqueront la Challenge Cup, qui se déroulera du 27 juin au 26 juillet en Utah, devant des gradins vides.

Les neuf équipes de la NWSL disputeront quatre parties chacune dans le tournoi à la ronde, et les huit meilleures croiseront le fer dans des rencontres quart de finale qui permettront de couronner les championnes lors de la finale du 26 juillet.

Choisie au 5e rang par le Sky Blue FC du New Jersey lors du repêchage annuel du circuit, le 16 janvier dernier à Baltimore, après une brillante carrière de quatre ans avec les Bulls de South Florida dans la NCAA, Viens aurait aimé disputer une saison complète de 24 parties, mais elle est très heureuse du dénouement.

Pour ce premier match chez les pros, Viens et ses coéquipières affronteront le OL Reign. Les 5, 9 et 13 juillet, le Sky Blue FC se frottera respectivement au Dash de Houston, au Pride d’Orlando et aux Red Stars de Chicago. 

« Le mieux aurait été de disputer 24 parties comme prévu, mais la Challenge Cup est une belle opportunité de jouer au soccer dans un environnement sécuritaire », a raconté celle dont la saison devait débuter le 18 avril

« C’est le meilleur des deux mondes. C’est une belle initiative. Nous serons l’un des premiers circuits professionnels en Amérique du Nord à reprendre l’action. Ça ressemble à la Coupe du monde et au tournoi olympique. C’est une belle formule. On devra performer au bon moment. »

Vérifications

« Malgré la beauté des parcs nationaux, ça ne sera pas un voyage touristique comme ce fut le cas l’an dernier quand j’ai voyagé en Utah pour le plaisir, mais ça me convient », de poursuivre l’ancienne porte-couleurs des Élans de Garneau.

« Les contrôles seront très sévères. L’Utah est l’un des États les moins touchés par la COVID-19, ce qui explique le choix du circuit, en plus de miser sur des installations de premier plan. »

La fin d’une longue attente

En groupe de huit joueuses, le Sky Blue FC a repris l’entraînement la semaine dernière.

« Ce fut vraiment plaisant de retourner à l’entraînement après près de trois mois à l’arrêt, a-t-elle souligné. Ce fut un peu plus long au New Jersey parce que nous étions dans un État plus à risque. Avec les sessions Zoom, j’ai appris à jouer d’une autre façon. Ça m’a donné plus de temps à comprendre les principes de jeu que le coach voulait inculquer. »

« J’étais un peu rouillée sur le plan soccer, mais je m’étais gardée en bonne forme physique », d’ajouter Viens, dont l’équipe s’entraîne dans les mêmes installations que les Red Bulls de New York, qui évoluent dans la MLS et dont le stade est situé à Harrison.

« Cette semaine, on doit reprendre l’entraînement, toute l’équipe au complet. Ça fait du bien de retrouver l’aspect social et de voir d’autres personnes que ma colocataire. »

Une bonne frousse que tout soit annulé

Évelyne Viens a craint à un certain moment de voir sa première saison chez les pros être complètement annulée.

« Pendant un certain temps, je ne voyais plus la lumière au bout du tunnel, a-t-elle illustré. Il n’y avait aucun échéancier. Le nombre de personnes infectées augmentait sans arrêt et les chiffres dans mon comté étaient incroyables. Je craignais d’avoir fait tout ça pour rien. »

« Pour m’encourager, je me disais que j’allais être dans la meilleure forme de ma carrière et que ça allait me servir cette année ou l’an prochain, de poursuivre l’attaquante du Sky Blue FC du New Jersey. Quand les rumeurs de la tenue d’un tournoi ont débuté, ce fut un autre élément d’encouragement. Ça ne reviendra pas à la normale avant longtemps, mais les rassemblements de moins de dix personnes sont maintenant permis et les cas ont beaucoup diminué. »

Plus rapide

Depuis son retour à l’entraînement même en groupe de huit, Viens a noté une bonne différence entre le niveau de jeu de la NWSL et celui de la NCAA.

« La vitesse du jeu est la plus grosse adaptation, a-t-elle indiqué. Les détails sont importants. Les filles plus âgées apportent de l’expérience et les plus jeunes sont très physiques. Je dois m’adapter. »

Même si les deux dernières saisons ont été difficiles pour le Sky Blue FC, notamment en 2019 où l’équipe a terminé au 8e rang parmi les neuf formations, Viens est confiante qu’un changement de cap important va s’opérer cette année.

« On mise sur une nouvelle équipe, a-t-elle résumé. Un nouvel entraîneur-chef est en poste, un directeur général a été embauché et des transactions ont permis d’amener du leadership. »

Solidaire

Les événements de Minneapolis où un Afro-Américain a été tué par un policier blanc qui a depuis été arrêté ont mené la direction de l’équipe à s’affirmer.

« L’équipe a dénoncé les actions du policier, a souligné son désaccord et appuie les filles noires du club, a-t-elle indiqué. Au New Jersey, il n’y a pas eu de manifestations, mais je suis en contact avec des amies et des anciennes coéquipières en Floride et elles me disent que ça brasse pas mal à Tampa Bay et à Jacksonville. »