/news/provincial
Navigation

Le maire confiant de gagner des appuis au tramway

Régis Labeaume ne s’inquiète pas de la baisse de l’intérêt pour le projet

Regis Labeaume maire de Quebec, point de presse concernant des mesures visant l amelioration de la qualite de vie des citoyens, Salle de reception, rez-de-chaussee, Hotel de ville, Quebec, 01 juin 2020. Photo PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo d'archives Le maire de Québec, Régis Labeaume, estime que les appuis au tramway s’accroîtront, même s’ils ont chuté au cours des derniers mois, selon les résultats d’un sondage.

Coup d'oeil sur cet article

Régis Labeaume assure que son administration va « remonter la pente » de la dégringolade qu’a subie le projet de tramway dans l’opinion publique.

• À lire aussi: Côte d'Abraham: aucune «guerre à l’automobile», selon Jean Rousseau

• À lire aussi: Sondage: l'appui au 3e lien et au tramway s'effrite avec la crise

Le maire de Québec a réagi lundi aux résultats d’un sondage Léger mené pour le compte du Journal.

Ceux-ci démontraient que l’appétit des gens de Québec pour les grands projets, dont le réseau structurant de transport en commun, avait connu une baisse en raison de la pandémie et de la crise.

L’appui envers le projet, qui a déjà atteint 60 %, se chiffre maintenant à 40 %. « On va vous ramener ça à 60 %, vous allez voir. On a un plan. On va remonter la pente. »

Pour le maire, il est normal que les gens soient frileux envers le transport en commun en temps de pandémie.

Mais les résultats n’altèrent pas sa volonté d’aller de l’avant. « On va arriver à notre résultat et, majoritairement, les gens seront d’accord. En passant, c’est démarré, ce projet-là. »

Le chef de l’opposition, Jean-François Gosselin, estime quant à lui que l’administration Labeaume et le gouvernement provincial « s’entêtent » avec ce projet. « Le gouvernement devrait prendre acte de ce qui se passe à Québec. »

Le conseiller de Démocratie Québec Jean Rousseau estime que le désintérêt pour le projet de tramway est passager et qu’il faut continuer d’aller de l’avant.

« La baisse momentanée d’intérêt ne justifie aucunement l’abandon de ce projet-là. Il faut continuer à aller de l’avant », même si à l’heure actuelle, prendre le transport en commun est moins attrayant.

Un avis partagé par Étienne Grandmont, d’Accès Transports viables. « Un sondage, c’est un instantané. On ne peut pas commencer à décider d’un projet sur l’humeur du moment. »

Mais selon le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, il faudra redoubler d’ardeur pour faire la promotion du transport collectif, surtout dans l’optique où la majorité des gens s’attendent à ce que l’auto soit davantage utilisée dans la prochaine année. « C’est une tendance lourde », analyse-t-il.

Troisième lien

La baisse d’intérêt marquée pour le troisième lien ne l’inquiète pas. « Je pense qu’il est un peu tôt pour dire que ces projets doivent être mis sur la glace. »

M. Grandmont rappelle qu’aucune étude de besoin n’a été présentée et qu’on ne sait pas sur quelles bases le gouvernement a choisi d’aller de l’avant. Pour lui, c’est l’occasion de revoir entièrement le projet.

Le conseiller Rousseau en a profité pour demander au premier ministre Legault de considérer l’option d’un métro souterrain uniquement réservé au transport collectif comme troisième lien.

Coûts inconnus

Du côté de l’Assemblée nationale, seul le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, a accepté de commenter les résultats du sondage.

Pour le député de Matane-Matapédia, le désintérêt grandissant des citoyens vis-à-vis le projet de troisième lien tient surtout du fait qu’on en ignore toujours le coût.

« En ces temps d’incertitude, la question du coût, qui n’est toujours pas connu, peut créer des craintes chez plusieurs, a-t-il constaté. Le gouvernement devra répondre à cette question-là le plus tôt possible, d’autant plus qu’il s’est fixé une obligation de faire la première pelletée de terre avant la fin de son mandat. »

— Avec la collaboration de Marc-André Gagnon, Bureau parlementaire

 Ce qu'ils ont dit

« Des pentes, au fil des ans, j’en ai eu pas mal. On va remonter celle-là comme le reste. [...] Il n’y a pas de souci, ça va marcher. »

— Régis Labeaume, maire de Québec

Regis Labeaume maire de Quebec, point de presse concernant des mesures visant l amelioration de la qualite de vie des citoyens, Salle de reception, rez-de-chaussee, Hotel de ville, Quebec, 01 juin 2020. Photo PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo Pascal Huot

« Si le sondage, les entreprises et les citoyens le disent, comment se fait-il que le maire et son équipe ne comprennent pas et s’entêtent à aller plus vite avec leur projet de tramway ? [...] Ça me scie les deux jambes de voir la non-écoute du maire et de ses conseillers. »

— Jean-François Gosselin, chef de l’opposition