/finance
Navigation

Les professionnels du gouvernement réclament 6,4 % d'augmentation sur trois ans

Manifestation du Syndicat des professionnel(le)s du gouvernement du Quebec (SPGQ), mardi le 26 fevrier 2019 au Parlement de Québec.
Photo Simon Clark, Agence QMI Manifestation du Syndicat des professionnel(le)s du gouvernement du Quebec (SPGQ), mardi le 26 fevrier 2019 au Parlement de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC – Le Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) a réclamé des hausses salariales totalisant 6,4 % pour les trois prochaines années.

Engagés dans des négociations pour le renouvellement de leur convention collective, les quelque 30 000 travailleurs représentés par ce syndicat demandent, dans une contre-proposition dévoilée lundi, des augmentations de salaire de 2,2 % en 2020 et 2021, puis de 2 % en 2022.

«Il s'agit d'une contre-offre raisonnable. N'oublions pas que le personnel professionnel travaille d'arrache-pied en coulisse pour gérer la crise actuelle et faire en sorte que l'État continue de remplir ses missions», a assuré la présidente du SPGQ, Line Lamarre, par communiqué.

Le syndicat demande cependant que leur hausse de salaire soit revue si jamais l'indice des prix à la consommation (IPC) fait un bond plus important que l'augmentation consentie au cours de l'année.

«Il s'agit de protéger le pouvoir d'achat de nos membres qui n'a cessé de fondre au fil des ans. Sans une telle clause, ils risquent encore de s'appauvrir», a souligné Mme Lamarre.

Les travailleurs syndiqués demandent aussi d'être payés en heures supplémentaires à taux majoré à partir de 35 heures de travail par semaine.

Le SPGQ représente environ 30 000 spécialistes de tout genre œuvrant pour la fonction publique, l'Agence du revenu du Québec, ainsi qu’en santé, en éducation et dans les sociétés d'État.