/misc
Navigation

Les réflexions d’Obama

US-BARACK-AND-MICHELLE-OBAMA-SPEAK-AT-OBAMA-FOUNDATION-SUMMIT
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Bien peu de gens peuvent se targuer d’avoir l’autorité morale pour s’adresser directement à la communauté noire. Si des leaders blancs peuvent contribuer à calmer le jeu et s’ils peuvent nourrir la recherche de solutions, nous avons vu récemment des officiers noirs comme le shérif de Minneapolis obtenir un certain succès.

Ce matin, c’était au tour du premier Noir élu à la présidence américaine de partager ses réflexions. Si on peut discuter longtemps du bilan de ses huit années à la Maison-Blanche, sa sensibilité, son expérience et le respect que lui vouent ses compatriotes lui confèrent un statut privilégié. Plus timide pendant son premier mandat sur la question du racisme et de la discrimination, Obama a peu à peu délaissé sa retenue pendant son second mandat et depuis qu’il a quitté la présidence.

Dans un texte publié sur Medium, l’ancien président affirme croire que les manifestations peuvent changer les choses

Obama souligne d’abord la légitimité de la colère et de la frustration des Noirs américains. Une colère et une frustration exacerbées par la situation économique et sanitaire. Si manifester pacifiquement est un geste courageux, il n’encourage cependant pas la violence de ce qu’il considère comme une minorité de radicaux ou de casseurs.

Détruire son quartier ou ses services n’apportera rien de bon. Il lui semble également bien difficile d’exiger des réformes sociales et une éthique irréprochable si on ne se conforme pas soi-même au plus haut standard. 

Comme il l’a fait depuis le début de son implication en politique, Barack Obama invite ses concitoyens à ne pas sous-estimer l’impact de la participation électorale. Cette participation doit se manifester à tous les niveaux, mais surtout à l’échelon local. Bien souvent, la solution se trouve dans les services de proximité. Les politiciens locaux, les juges ou les services de police tirent souvent leur autorité du processus électoral.

Pour Obama donc, les manifestations constituent un bon moyen de se faire entendre et d’attirer l’attention des médias, mais elles ne suffisent pas. Comme il l’écrit ce matin: «So the bottom line is this: if we want to bring about real change, then the choice isn’t between protest and politics. We have to do both. We have to mobilize to raise awareness, and we have to organize and cast our ballots to make sure that we elect candidates who will act on reform.» En plus de dénoncer et de descendre dans la rue, les Noirs américains doivent se regrouper et s’assurer de voter.

Le message de l’ancien président sera-t-il entendu? Sa cote de popularité peut-elle contribuer à ramener un peu d’ordre? Le message est prudent, réaliste et, dans les circonstances, positif. Pour l’instant, il est une des rares personnalités crédibles et connues dans tout le pays à offrir autre chose que la confrontation.