/entertainment
Navigation

Les stars se soulèvent

Le meurtre de George Floyd aux États-Unis révolte les artistes d’ici et d’ailleurs

ART-COVID-TOUS-ENSEMBLE
Photo d'archives, Global

Coup d'oeil sur cet article

De Céline Dion à Beyoncé, en passant par Sarahmée et P!nk, les artistes québécois et américains continuent de réagir fortement au décès de George Floyd.

• À lire aussi - Tensions raciales: «Un meurtre en direct»

• À lire aussi - L’industrie de la musique à l’arrêt mardi contre les violences policières

• À lire aussi - Michel Barrette ne reconnaît plus les États-Unis et craint une escalade des tensions

Alors que certains critiquent sévèrement Donald Trump, d’autres prennent la rue pour manifester, envoient des messages de solidarité et lancent des appels à agir. 

Dans un message bilingue émis dimanche, Céline Dion a avoué que c’était difficile de « trouver les mots » pour aborder la mort de Floyd, cet homme afro-américain tué la semaine dernière durant son arrestation à Minneapolis, au Minnesota. 

« Cette tragédie et l’injustice me brisent le cœur, a écrit la chanteuse. Comme plusieurs d’entre vous l’avez dit, il ne suffit plus de ne pas être raciste, il faut être antiraciste. Il y a trop longtemps que ça dure. »

Au Québec

Au Québec, certains artistes ont marché à Montréal dimanche pour dénoncer la violence raciste. C’est le cas de Sarahmée et Dominique Fils-Aimé. Les deux chanteuses étaient munies d’affiches sur lesquelles elles avaient écrit « Pas de paix, pas de justice » et « I Can’t Breathe » (« Je ne peux plus respirer »), en référence aux derniers mots de George Floyd, prononcés alors qu’un policier blanc pressait son genou contre son cou.

Sarahmée et Dominique Fils-Aimé
Photo courtoisie, Instagram @sing.with.mi
Sarahmée et Dominique Fils-Aimé

Véronique Cloutier (« Il faut répéter, s’indigner, dénoncer et être solidaires »), Sugar Sammy (« Le racisme n’est pas qu’un problème américain ; ça arrive chaque jour, dans ta cour arrière, à plusieurs niveaux »), Ariane Moffatt (« On a tous un rôle à jouer, mais on a surtout le devoir d’écouter »), Loud (« J’espère que la lutte menée à Minneapolis et partout ailleurs apportera un peu de justice ») et plusieurs autres grosses pointures du milieu culturel ont également pris parole sur Facebook, Twitter et Instagram.

En entrevue à QUB Radio, Michel Barrette, pourtant profondément attaché aux États-Unis, a déclaré qu’il ne reconnaissait plus nos voisins du sud.

Michel Barrette
Photo courtoisie
Michel Barrette

Les réactions abondent également aux États-Unis. Beyoncé, Ariana Grande et Cardi B ont invité leurs concitoyens à signer une pétition pour réclamer justice pour George Floyd. Lundi soir, le document avait franchi la barre des 11 millions de signatures sur Change.org, un record, selon l’organisation.

« Je ne parle pas qu’aux gens de couleurs, a déclaré Beyoncé dans une vidéo publiée sur Instagram. Que vous soyez Blanc, Noir, métissé ou n’importe quoi d’autre, je suis sûre que vous vous sentez désespéré du racisme qui existe en Amérique aujourd’hui. »

Trump interpellé

Plusieurs stars interpellent le président Donald Trump sur Twitter. Lundi, P!nk l’a traité de « lâche », de « raciste » et d’« échec retentissant ». Comme Taylor Swift l’avait fait quelques jours plus tôt, elle a ajouté qu’elle mourait d’impatience de voter pour l’évincer de Washington en novembre. 

Quant à Lady Gaga, elle a qualifié le leader républicain d’« imbécile ». « Il occupe le poste le plus puissant du monde, mais n’offre rien d’autre que de l’ignorance et des préjugés pendant que des vies noires continuent d’être prises », a-t-elle noté.