/news/currentevents
Navigation

[VIDÉO] Lévis défend ses policiers après une arrestation musclée

La police rejette toute comparaison avec Minneapolis

[VIDÉO] Lévis défend ses policiers après une arrestation musclée
Capture d'écran, Vidéo Facebook

Coup d'oeil sur cet article

La police de Lévis a réagi lundi à la vidéo de l’arrestation difficile d’un individu, le 23 mai dernier au parc de la rivière Etchemin, affirmant que les agents sont intervenus de manière « légitime et légale ».

Alors que plusieurs internautes faisaient des liens avec la mort de George Floyd aux États-Unis, le SPVL a voulu répondre immédiatement.

Dans la vidéo en question, deux policiers lévisiens tentent de maîtriser un suspect qui résiste devant d’autres individus dont les esprits s’échauffent.

Le premier policier repousse la menace, tandis que l’autre parvient à immobiliser une personne au sol. Les agents n’avaient pas de pistolet à impulsion électrique à ce moment.

L’intervention a eu lieu le 23 mai vers 20 h 10, deux jours avant que l’officier de police de Minneapolis Derek Chauvin se soit agenouillé sur le cou de Floyd.

Altercation

La police de Lévis affirme qu’il manque une bonne partie de l’intervention. 

« Le début n’est pas là. Il y avait un gros rassemblement, avec un feu, de la musique forte et de l’alcool. Le terrain d’intervention est devenu hostile et les policiers avaient un travail à faire avec une personne qui refusait de s’identifier, qui résistait et qui frappait. L’objectif est de le maîtriser », mentionne le porte-parole du SPVL, Christian Cantin.

Par communiqué, la police de Lévis parle également d’un rassemblement illégal et d’une infraction concernant la consommation d’alcool dans un lieu public. « Ils ont cependant fait face à un groupe hostile d’environ 35 personnes et nous avons procédé à l’arrestation de deux individus, dont celui qui a été filmé », peut-on lire.

Plusieurs infractions

Un homme de 19 ans et un mineur de 17 ans ont finalement été arrêtés pour des infractions aux règlements municipaux, mais aussi en vertu du Code criminel.

On leur reproche également d’avoir injurié un agent de la paix, d’avoir flâné dans un lieu public, d’avoir refusé de s’identifier, de voies de fait et d’entrave sur un agent de la paix et d’avoir proféré des menaces.

Sur le web, certains ont levé le drapeau de la discrimination raciale. « Certaines personnes semblent faire des liens avec les événements qui se sont déroulés à Minneapolis. Les valeurs du Service de police de la Ville de Lévis vont à l’encontre de ces agissements. Fierté, courage et intégrité règlent notre conduite », termine le SPVL.

Le dossier fait toujours l’objet d’une enquête et d’autres personnes pourraient recevoir des constats d’infraction.