/world/europe
Navigation

Le Conseil de l'Europe alerte sur une montée du discours xénophobe en Autriche

Coup d'oeil sur cet article

STRASBOURG | L’Autriche connaît une montée inquiétante du discours xénophobe, en particulier à l’égard des musulmans et des réfugiés, a alerté mardi le Conseil de l’Europe dans un rapport. 

«Le discours politique a pris des connotations extrêmement clivantes et hostiles visant tout particulièrement les musulmans et les réfugiés», a indiqué la Commission contre le racisme et l’intolérance du Conseil de l’Europe (ECRI) dans un rapport sur l’Autriche, portant la situation dans le pays jusqu’à décembre 2019.

Si l’Autriche a «récemment reconnu la lutte contre l’antitsiganisme comme une priorité de la lutte contre le racisme et la discrimination, la commission critique en revanche un «niveau élevé d’islamophobie qui se reflète dans un discours public de plus en plus xénophobe».

En outre, le rapport constate une «sous-déclaration des infractions motivées par la haine» et relève que «des allégations faisant état de l’usage du profilage ethnique par la police à l’encontre de personnes appartenant aux communautés minoritaires, en particulier aux communautés noires et musulmanes, continuent d’être signalées».

En matière de politique d’intégration, l’Autriche est félicitée pour les ressources investies dans les mesures d’intégration des nouveaux arrivants dans le pays, notamment pour apprendre la langue et accéder au marché du travail. Mais en revanche, le pays a adopté des changements législatifs qui «ont introduit des restrictions importantes aux mesures en faveur de l’intégration, comme le regroupement familial et la naturalisation».

Côté points positifs, la commission antiracisme du Conseil de l’Europe a en revanche souligné «les mesures législatives visant à promouvoir l’égalité des personnes LGBTI», comme l’autorisation du mariage entre personnes du même sexe depuis 2019, ainsi que les «efforts faits pour améliorer la détection du discours de haine en ligne et apporter un soutien aux victimes».

Dans une réponse de plusieurs pages jointe en annexe au rapport du Conseil de l’Europe, le gouvernement autrichien assure «rester pleinement engagé dans le combat contre le racisme, la xénophobie, l’antisémitisme et l’intolérance».