/misc
Navigation

Les casseurs: qui ils sont et ce qui les motivent

Les casseurs: qui ils sont et ce qui les motivent
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les forces de l’ordre ont procédé à des milliers d’arrestations dans des dizaines de villes nord-américaines perturbées par les troubles qui entourent l’assassinat par la police de Minneapolis d’un Noir déjà maitrisé.

Aux manifestants pacifiques se sont inévitablement joints des casseurs. Le phénomène est récurrent où que des manifestations aient lieu à travers le monde et, quels qu’en soient les motifs, une faune hétéroclite de mésadaptés socioaffectifs va y trouver une justification pour s’adonner à des actes de violence, de vandalisme et de pillage. Bien sûr, des prétextes politiques sont invoqués. 

De nos jours les adeptes de la castagne se retrouvent encore surtout dans les franges de l’ultra-gauche, dans la mesure où l’on peut considérer l’anarchie des «Black Blocs» comme une idéologie de gauche. Mais l’ultra-droite fait des efforts pour se hausser au même niveau. 

Se joignent aussi aux «casseurs politiques», les amateurs de la casse pour la casse, des adolescents réels ou attardés, qui viennent «s'amuser» en commettant des actes de violence et de déprédations. Une composante de plaisir est liée à leur casse. La situation est particulièrement préoccupante aux États-Unis où la possession d’arme à feu est généralisée chez les jeunes délinquants. Ces casseurs, issus des quartiers pauvres, sont aussi motivés par «une délinquance d’appropriation». Tout en s’adonnant au saccage, ils profitent du pillage. 

Le dénominateur commun de tous ces hooligans est d’être de jeunes hommes surtout âgés de 15 à 30 ans (JH 15-30). Ce groupe constitue généralement plus de 90 % des personnes arrêtées pour violence et vandalisme lors de manifestations ou de troubles sociaux. On retrouve rarement parmi les casseurs des femmes ou des hommes plus âgés. 

C’est que les jeunes mâles de 15 à 30 ans, comme leurs cousins les grands singes anthropoïdes, sont des animaux violents et dangereux pour eux-mêmes et pour les autres. Dès qu’ils atteignent l’âge de la puberté, les petits chimpanzés, inoffensifs et charmants, se transforment en brutes agressives bouffies de testostérone. C’est exactement ce qui arrive aux JH 15-30. 

Regardez partout autour de vous, dans les journaux, à la télé ou sur les médias sociaux. Qui sont les principaux responsables d’accidents d’automobile mortels? Des JH 15-30 souvent en état d’ébriété, généralement accompagnés de jeunes femmes ou d’amis qu’ils veulent impressionner. Les assureurs exercent d’ailleurs une discrimination en faveur des jeunes conductrices qui sont génétiquement immunisées contre la surdose de testostérone. 

La plupart des actes de rage destructrice, des meurtres et des crimes violents perpétrés dans toutes les sociétés humaines sont le fait des JH 15-30. Qui sont les créateurs et les adeptes des sports extrêmes souvent aussi stupides que violents? Les JH 15-30. Ils sont également les principaux acquéreurs de jeux vidéo violents. Plus la violence est gratuite, plus elle est répulsive, plus les JH 15-30 vont se précipiter pour l’acheter. Idem pour le visionnement de films et de séries télévisées à l’hyperviolence repoussante.

Les JH 15-30 sont de la chair à canon idéale à cause d’une autre caractéristique du groupe: ils sont téméraires parce qu’ils se croient invulnérables. C’est ce qui explique pourquoi ils prennent tant de risques. La mort, c’est pour les autres, les vieux, les femmes, pas pour eux. Ils sont immortels! 

Les leaders politiques depuis toujours ont su utiliser à leurs fins la violence des jeunes hommes. Sinon, qui ferait leurs sales boulots ? Ils se portent volontaires pour faire la guerre, pour tuer, exterminer, détruire les ennemis qui sont composés, en première ligne, de jeunes hommes comme eux. Des politiciens comme Trump actuellement utilisent les outrances destructrices des jeunes mâles pour justifier le renforcement de leur pouvoir avec le soutien des populations effrayées.

Les services de sécurité connaissent bien le potentiel de violence particulier des jeunes hommes. En Israël, lorsque des troubles sont à redouter sur l’esplanade des Mosquées de la vieille ville de Jérusalem, la police y interdit tout simplement la présence d’hommes de moins de 40 ans.