/world/usa
Navigation

Mort de George Floyd: une telle arrestation n’a «jamais» été vue au Québec

Le décès de George Floyd a choqué le monde entier et des policiers d’ici

Coup d'oeil sur cet article

La technique d’immobilisation qui a mené à la mort de George Floyd à Minneapolis, aux États-Unis, n’a « jamais été enseignée » aux policiers au Québec ni vue ici.

• À lire aussi: L'École nationale de police du Québec forme les recrues en matière de profilage

• À lire aussi: Autre nuit de manifestations à New York

• À lire aussi: Les manifestations continuent malgré les menaces de Trump

« Il est clair que cela va à l’encontre de toutes les pratiques qui sont enseignées à l’École nationale de police du Québec en matière d’intervention policière et d’emploi de la force », affirme le directeur des communications de l’institution de Nicolet, Pierre Saint-Antoine.

Le 25 mai, dans l’État du Minnesota, George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, est mort en raison de la pression exercée sur son cou pendant 8 min 46 s par le genou de Derek Chauvin, un policier blanc qui voulait l’arrêter. Depuis le meurtre, des centaines de manifestations et émeutes ont eu lieu aux États-Unis et dans le monde entier pour dénoncer le racisme et la brutalité policière.

George Floyd est demeuré au sol avec le genou de Derek Chauvin sur la gorge pendant 8 minutes et 46 secondes, sans que personne ne bouge. Il a dit plusieurs fois aux policiers qu’il ne pouvait pas respirer. Quand les ambulanciers sont arrivés, il était mort.
Captures d’écran, AFP
George Floyd est demeuré au sol avec le genou de Derek Chauvin sur la gorge pendant 8 minutes et 46 secondes, sans que personne ne bouge. Il a dit plusieurs fois aux policiers qu’il ne pouvait pas respirer. Quand les ambulanciers sont arrivés, il était mort.

Photo AFP

L’ex-policier de la Sécurité du Québec François Doré explique qu’il « est très dangereux d’essayer d’étouffer quelqu’un comme ça ». En 33 ans de carrière, il affirme n’avoir jamais appris ni vu « de près ou de loin » la technique utilisée lors de l’arrestation de M. Floyd.

Même son de cloche pour le chef du Service de police de l’agglomération de Longueuil, Fady Dagher.  

  • Écoutez l'entrevue de Fady Dagher avec Benoit Dutrizac à QUB Radio:  

« Je n’ai jamais vu une technique qui a été enseignée de mettre un genou sur le cou [...]. En 29 ans de policier, je n’ai jamais vu une telle technique », a-t-il commenté mardi à QUB radio.

Fady Dagher, Chef de police
Photo d'archives, Agence QMI
Fady Dagher, Chef de police

Problèmes respiratoires

Lors d’une arrestation, « quand un individu est placé en position ventrale, il doit être repositionné le plus rapidement possible en position latérale pour lui permettre de respirer et ne pas avoir de problèmes respiratoires », indique M. Saint-Antoine.

Pour le professeur à l’École de criminologie de l’Université de Montréal Rémi Boivin, le problème de cette arrestation, « c’est vraiment le cou, toutes les techniques évitent les voies respiratoires qui sont une zone rouge, voire même rouge foncé ». 

Premier chef de service de police issu de l’immigration au Québec, M. Dagher se dit profondément bouleversé par les événements, « personnellement et professionnellement ».

« Comme retraité, ça m’écœure, déplore de son côté M. Doré. J’ai de la colère parce que le travail du policier, c’est “servir et protéger”. Ce n’est pas ce que j’ai vu en voyant Chauvin faire ce qu’il a fait et ses collègues qui n’ont pas bougé », déplore-t-il.


Derek Chauvin a été licencié, arrêté et accusé d’homicide involontaire. Ses collègues présents lors des événements ont été congédiés.


Les recrues policières à Nicolet sont formées contre les préjugés raciaux, religieux ou culturels. Un séminaire virtuel sur le profilage est aussi prévu depuis quelque temps, à la mi-juin.