/sports
Navigation

Le grand patron des sports universitaires canadiens part

Coup d'oeil sur cet article

Graham Brown quitte son poste de président et directeur général de U Sports. Embauché en octobre 2015, Brown n’occupait plus ses fonctions depuis le début du mois de décembre.

La version officielle dévoilée mardi midi par voie de communiqué provenant d’une firme de relations publiques de Toronto est cousue de fils blancs et soulève des questions. Les deux parties s’échangent des fleurs, mais aucune raison n’est mentionnée pour expliquer le départ du numéro un de U Sports. 

Étant donné que l’organisme qui régit le sport universitaire au pays n’est pas reconnu pour baigner dans l’argent, il est plutôt surprenant de constater qu’on a retenu les services d’une boîte de relations publiques de la Ville reine au lieu de miser sur les employés de la maison.

Tout le monde à la permanence de Richmond Hill et au sein du conseil d’administration marchait sur des œufs au sujet du statut de l’ancien patron lorsque questionné au cours des derniers mois.

«Un congé personnel»

Par courriel, le vice-président du conseil d’administration de U Sports et directeur des sports à Mount Allison Pierre Arsenault a répondu à quelques questions tout en prenant soin d’en dire le moins possible. Quelles sont les raisons du départ de Brown ? Avait-on des choses à lui reprocher? A-t-il reçu son salaire pendant son absence?

«Graham a pris un congé personnel en décembre 2019. Je ne suis pas en mesure de faire d'autres commentaires sur des questions spécifiques de cette nature concernant le personnel. Ce n'est pas notre politique de discuter des questions confidentielles relatives au personnel.»

Ancien président du conseil d’administration de U Sports, Dick White prend la relève sur une base intérimaire. À la retraite depuis 2015 tout en occupant le boulot de commissaire du circuit de hockey de Canada West, White a été directeur des sports à l’Université de Régina.