/news/society
Navigation

900 $ pour huit semaines de camps de jour à Notre-Dame-du-Mont-Carmel!

Coup d'oeil sur cet article

NOTRE-DAME-DU-MONT-CARMEL – Le prix du camp de jour à Notre-Dame-du-Mont-Carmel, en Mauricie, a fait sursauter bien des parents, la facture s’élevant cette année à 900 $ par enfant. Cette somme dérange et fait jaser, car il s'agit d'un service de huit semaines.

À Nicolet, le prix a été fixé à 367 $ et il faut débourser 195 $ pour le même service à Trois-Rivières.

La municipalité de Notre-Dame-du-Mont-Carmel se défend. La gestion des camps de jour a fait tripler la note, cette année, en raison de la pandémie. Avec les mesures sanitaires et le ratio imposé, la municipalité devra éponger de lourdes pertes dans le but de maintenir les camps de jour cet été, soit plus de 1000 $ par enfant. La capacité d'accueil a chuté de 200 à 54 enfants.

De nouveaux ratios

Toutefois, mercredi matin les ratios ont été modifiés pour donner plus de latitude aux municipalités. Ces modifications surviennent à trois semaines du début des camps de jour.

Les ratios des années précédentes de l’Association des camps du Québec seront appliqués. Par exemple, pour un groupe de 5-6 ans, on passe d’un animateur pour cinq enfants à un animateur pour 10 enfants.

Devant ces changements, des villes pourront accueillir davantage d'enfants dans les camps de jour. C'est le cas à Trois-Rivières, on a ajouté un parc de plus et 45 nouvelles places.

À Nicolet, une centaine de nouvelles places se sont ajoutées dans les dernières heures.

Du côté de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, les locaux ne permettront pas de recevoir plus d'enfants.

«On doit respecter la distanciation physique, mais 10 enfants, ça ne rentre pas dans nos locaux», a expliqué Guy-Luc Beaupré, directeur des loisirs de la municipalité.

Certaines villes ont maintenu leurs prix comme à Trois-Rivières. Mais, le déficit envisagé est grand. Il y a un manque à gagner de 500 000 $, somme qui sera épongée par la Ville.