/news/currentevents
Navigation

Fin de l’opération de récupération du «Stalker 22» en mer Ionienne

Fin de l’opération de récupération du «Stalker 22» en mer Ionienne

Coup d'oeil sur cet article

HALIFAX, N.-É. – L’opération de récupération de l’hélicoptère Cyclone des Forces armées canadiennes (FAC) qui s’est écrasé en mer Ionienne à la fin avril s’est conclue mardi, huit jours après son lancement. 

• À lire aussi: Les corps des militaires canadiens disparus en mer Ionienne ont été retrouvés

Une équipe des FAC et de la Marine américaine a pu récupérer le CH-148 Cyclone «Stalker 22» ainsi que des corps, a dit mercredi le contre-amiral Craig Baines, commandant de la Force maritime Atlantique. 

Six militaires ont péri lors de l’écrasement survenu le 29 avril dernier, dont le Québécois Maxime Miron-Morin. Avant le début de l’opération de récupération, un seul corps avait été repêché, celui de l’enseigne de vaisseau de 1re classe Abbigail Cowbrough. 

«Malgré le fait que nous avons récupéré certaines dépouilles de nos camarades décédés, il est important de noter que nous n’avons pas identifié ces dépouilles et que nous ne pouvons pas établir à l’heure actuelle si nous avons trouvé tout l’équipage», a indiqué le contre-amiral Baines. 

«Cela ne sera déterminé que lorsque les dépouilles auront été ramenées à Toronto, où toute identification positive, ainsi que toute confirmation du nombre de personnes trouvées, sera effectuée scientifiquement par un pathologiste judiciaire, a-t-il poursuivi. Une fois l’identification terminée, l’identité des personnes retrouvées sera divulguée aux membres de leur famille, puis au grand public.» 

Les dépouilles ainsi que les débris de l’hélicoptère devraient arriver jeudi matin à la base aéronavale de Sigonella, en Sicile. Les corps devraient être acheminés au Canada dès ce week-end. 

Des débris récupérés vont aussi servir à faire avancer l’enquête. Selon les FAC, les recherches à bord de l’«EDT HERCULES» ont pu se dérouler rondement en raison des conditions météorologiques et de l’état de la mer. 

L’accident s’est produit à environ 220 miles nautiques à l’est de Catane, en Sicile. Le CH-148 reposait à plus de 3100 mètres de profondeur et c’est le sous-marin téléguidé REMORA III, prêté par la Marine américaine, qui a permis de le retrouver. Huit minutes après avoir atteint le fond marin, le sous-marin révélaient, grâce à son sonar et à ses caméras, une grande partie du fuselage, a-t-on précisé mercredi, en ajoutant que le champ de débris s’étendait sur environ 260 mètres sur 230 mètres. 

«Malheureusement, aucune partie de la cabine principale n’était intacte suite à l’écrasement, y compris la structure externe du cockpit. Le plus gros morceau se trouvant sur les lieux de l’écrasement était le pont arrière/la rampe de l’hélicoptère, suivi par le pylône et l’hélice de queue», a-t-on expliqué.