/news/green
Navigation

Que fait le rorqual à bosse à Montréal?

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – L’arrivée d’un rorqual à bosse à Montréal étonne parce que c’est la première fois qu’un individu de cette espèce se rend jusque-là. Mais qu’est-ce qui l’amène dans les eaux du Saint-Laurent, à la hauteur de la métropole? 

• À lire aussi: Aperçue dans le Vieux-Port de Montréal: la baleine est arrivée «dans un cul-de-sac»

• À lire aussi: [IMAGES] Une baleine à bosse s’amuse à Montréal

Le biologiste Robert Michaud, du Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM), estime qu’on a affaire à un rorqual vagabond.

«Chez toutes les espèces, il y a des individus qui partent dans des drôles d’aventures. C’est normal d’avoir des migrants, des aventuriers», a-t-il expliqué, en entrevue avec l’animateur Mario Dumont.

Plusieurs raisons pourraient expliquer sa présence à Montréal. En revenant des Caraïbes, où il passe l’hiver, le rorqual à bosse a peut-être pris une série de mauvaises décisions en chassant un banc de poissons, ce qui l'aurait mené à s'enfoncer dans l'estuaire.

Il pourrait aussi être désorienté, ou souffrir d’un problème de santé ou neurologique qui brouille son sens de l’orientation.

Le scientifique, qui surveille le comportement de l’animal dans sa remontée du fleuve, ne sait pas si le rorqual est en mesure de s’alimenter ou non.

Chose certaine, les rorquals à bosse ont une grande flexibilité alimentaire. Ils peuvent manger du krill et plusieurs espèces de poisson qui se trouvent dans les environs de Montréal, a précisé M. Michaud.

«C’est un très jeune animal, on pense qu’il a deux ans, a souligné le biologiste. Est-ce qu’il aura assez d’habilités pour exploiter les ressources?»

Les baleines sont capables de jeûner pour quelques semaines. Quand elles se déplacent vers le sud, elles s’alimentent très peu, a donné en exemple Robert Michaud.

Les curieux sont nombreux à vouloir apercevoir le cétacé à Montréal. Par le passé, un béluga avait passé quelques jours au même endroit en 2012, et on a même relevé la présence de ce qui semble être un petit rorqual en 1901.