/entertainment/movies
Navigation

Spike Lee et les tensions raciales

Tout au long de sa carrière, le cinéaste a dénoncé la brutalité policière

Spike Lee
Photo d'archives Spike Lee

Coup d'oeil sur cet article

Spike Lee a dévoilé dimanche sur les réseaux sociaux un court métrage-choc qui met en parallèle la mort fictive du personnage de son film Do The Right Thing et celle de George Floyd, qui a provoqué une escalade de violence aux États-Unis au cours des derniers jours. Très impliqué dans le combat des Afro-Américains, le cinéaste militant de 63 ans a souvent abordé les problèmes de tensions raciales et de brutalité policière dans ses films. En voici cinq exemples : 

Do The Right Thing (1989)

Spike Lee
Capture d'écran

Plus de 30 ans après sa sortie, ce film est plus d’actualité que jamais comme en témoignent les images que Spike Lee a intégrées à son court métrage 3 Brothers : Radio Raheem, Eric Garner and George Floyd, qui a été mis en ligne dimanche. On y voit le personnage fictif de Radio Raheem se faire étrangler par des policiers blancs pendant une arrestation particulièrement brutale. Film coup de poing, Do The Right Thing décrit les tensions raciales grandissantes dans un quartier de Brooklyn pendant une journée de canicule. 

Malcolm X (1992)

Spike Lee
Photo d'archives

Un des films les plus ambitieux de Spike Lee, ce drame biographique mettant en vedette Denzel Washington dans le rôle-titre relate la vie de l’activiste noir Malcolm Little, dit Malcolm X, de son enfance difficile à son assassinat en 1965. Encore une fois, le problème du racisme en Amérique est omniprésent dans ce film. 

Opération infiltration (2018)

Spike Lee
Photo d'archives

Cette comédie qui a permis à Spike Lee de remporter l’Oscar du meilleur scénario adapté l’an passé s’inspire de l’histoire vraie d’un policier noir qui a infiltré l’organisation raciste Ku Klux Klan en 1978. Le film fait directement écho à des événements récents, comme l’élection de Donald Trump et les manifestations de Charlottesville, en 2017.

Jungle Fever (1991)

Spike Lee
Capture d'écran

Deux ans après la sortie de Do The Right Thing, Spike Lee s’est intéressé aux préjugés raciaux dans cette comédie dramatique qui relate l’histoire d’un couple formé par un architecte noir (Wesley Snipes) et sa secrétaire blanche (Annabella Sciorra). Le film a valu à Samuel L. Jackson le prix d’interprétation masculine dans un second rôle au Festival de Cannes de 1991. 

4 Little Girls (1997)

Spike Lee
Capture d'écran

En plus d’avoir signé plus d’une vingtaine de films de fiction, Spike Lee a réalisé plusieurs documentaires sur des sujets aussi variés que l’ouragan Katrina, les sportifs Mike Tyson et Kobe Bryant et le chanteur pop Michael Jackson. Dans 4 Little Girls, le cinéaste s’est penché sur un attentat perpétré par quatre membres du Ku Klux Klan en septembre 1963 en Alabama qui a coûté la vie de quatre adolescentes. Le film a été nommé pour l’Oscar du meilleur documentaire en 1998.