/news/currentevents
Navigation

Un commandant du SPVM demande des actions concrètes

Coup d'oeil sur cet article

Un commandant de la police de Montréal exhorte ses collègues à s’engager dans la « lutte contre le racisme et le profilage racial qui existent encore, tant à l’intérieur de ses murs que lors de certaines interventions ».

• À lire aussi: Patrice Bernier a été victime de profilage

• À lire aussi: La Ligue des Noirs du Québec prête à abandonner un recours collectif de 171 M$

« Le SPVM doit être un chef de file dans cet élan de prise de conscience », a rédigé Patrice Vilcéus, un commandant d’origine haïtienne du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), dans une missive envoyée mercredi à l’intention de tous ses collègues cadres. 

« Comme tant d’autres, il m’importe de voir mon organisation briller sur ces questions », a-t-il ajouté.  

  • Le journaliste Félix Séguin est revenu sur le dossier à l'émission Dutrizac, sur QUB Radio:  

Perte de confiance

Celui qui a été commandant de l’escouade Éclipse, une équipe spécialisée dans la lutte aux gangs de rue et à toute forme de criminalité, indique avoir assisté dans une vidéo sur internet avec « horreur et consternation » à la mort de George Floyd. 

Cet Afro-Américain a été étouffé sous le poids d’un policier la semaine dernière, à Minneapolis, dans l’État du Minnesota, aux États-Unis.

« Témoins de ce meurtre, les citoyens ont perdu confiance en la police », a constaté, depuis, le commandant Vilcéus. 

Néanmoins, il s’agit selon lui de plus qu’une simple question de « pomme pourrite ».

Le haut gradé affirme qu’il se questionne maintenant à savoir si le SPVM peut « insuffler des changements », et si ses valeurs s’actualiseront « afin de prendre en compte les injustices et les inégalités qui persistent » pour les enrayer de la communauté.

Un modèle à suivre

« Quelles seront les actions que préconisera l’organisation ? » demande le commandant Vilcéus à ses collègues qui liront son message. 

« Je crois que nous devons honorer nos valeurs d’intégrité, de respect et d’engagement envers nous-mêmes, mais également envers les citoyens que nous servons, notamment en condamnant le profilage racial. »

« Et peut-être, devenir l’exemple à suivre ? » laisse-t-il en suspens.

Le département des communications du Service de police de la Ville de Montréal a préféré attendre à aujourd’hui avant de commenter.