/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Vincent Graton: l’amour des produits du Québec

Fais un homme de toi
Photo courtoisie Vincent Graton

Coup d'oeil sur cet article

Vincent Graton est un homme de cœur, un homme d’action, un homme qui va au combat, un militant qui ne lâche rien, qui se soucie de son prochain. Acteur, animateur, chroniqueur, partageur de bonheur. Que ce soit au théâtre, à la télé, à la radio Rythme 105.7 où il collabore régulièrement, mais encore sur les médias sociaux où il est très actif, Vincent s’enthousiasme pour la vérité et s’insurge contre les mensonges et les injustices. Un vrai de vrai. C’est aussi, et nous l’avons vu à plusieurs reprises dans différentes émissions comme Des Kiwis et des hommes ou Ma caravane au Canada, un homme qui aime les chefs cuisiniers, les artisans, les petits producteurs du Québec et aime faire à cuisiner. 

Questionnaire gourmand   

La vie doit continuer, alors le matin, pour bien commencer la journée, thé ou café ?

Café, le matin... c’est un petit rituel. Lecture des journaux, ça aussi, ça fait partie de mon rituel du matin avec un bon café ! Le thé en après-midi et le soir, en apprenant mes textes.


Fais-tu des crêpes, des œufs, des smoothies... ?

Mes enfants font des crêpes maintenant. Des fois, je me lève, ça sent les muffins... Mon 13 ans en fait. Je déjeune peu... je suis coco à la coque.


As-tu retrouvé le plaisir de cuisiner pendant le confinement ?

Oui ! Ça rassemble la maisonnée et les odeurs mettent du doux dans les maisons.


Qu’est-ce qui est indispensable dans ton frigo ou ton garde-manger ? 

Parmesan, olives, tomates, pâtes et vino... 


Pain tranché, baguette du boulanger ou pain maison ?

Hummm... une bonne miche chaude ! L’idée d’apprendre à faire mon pain en cette période est là.


Fromage ou dessert ?

Fromage. Je ne suis pas un bec sucré. Sauf pour le chocolat noir.


Viande ou poisson ?

Le poisson. Lorsque je suis aux Îles-de-la-Madeleine, je suis heureux !


Caramel ou chocolat ?

Chocolat noir, très noir, 70 % et plus.


Gâteau, biscuit ou fromage ?

Fromage, surtout le fromage de la Station à Compton. J’adore cette famille chez qui je suis déjà allé tourner. Pour les Îles-de-la-Madeleine, je recommande la fromagerie Pied-de-Vent et pour l’Île aux grues, la Tomme de Grosse-Île. Achetons Québec !


Bière ou vin ?

Plus vin et gin... du Québec ! 


Blanc ou rouge ?

J’étais rouge, suis rendu plus blanc.


Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche, et pourquoi l’avoir choisi.

Un bon couteau, j’ai aussi une bonne poêle qui a du vécu...


As-tu une recette chouchoute ?

L’art du jambon, une recette transmise de mère en fils.
Photo Adobe Stock
L’art du jambon, une recette transmise de mère en fils.

Celle que tout le monde me demande... mon jambon ! C’est la recette de ma mère. L’art du jambon.


Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

Je reçois souvent de grosses gangs. Notre 31 décembre est une tradition. Je me souviens d’un buffet pour 85 personnes. C’était bon !


Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

J’haïs rater un plat. J’avoue que le poisson blanc est une énigme pour moi. À la portugaise, ça va... mais sinon le poisson blanc me donne du trouble (rire) !


Qu’est-ce qui te manque le plus, toi qui aimes aller au restaurant, parler avec les chefs, les regarder travailler, déguster leurs créations culinaires ? 

Les restos de quartier où il y a les voisins. Ces lieux humains qui nous rassemblent où on prend le temps de s’informer des autres et de trinquer. J’adore les petits cafés de quartier où on prend simplement le temps de se parler. Ça me manque. J’aime les chefs qui accueillent bien les clients, comme s’ils étaient des amis. 


Ta meilleure expérience culinaire à vie ?

Vincent Graton a eu un coup de cœur pour la cuisine de Jérusalem.
Photo Adobe Stock
Vincent Graton a eu un coup de cœur pour la cuisine de Jérusalem.

Oh, il y en a beaucoup ! Ma mère est la plus grande cuisinière que je connaisse. Mon père était top aussi ! J’avoue que je garde un souvenir mémorable d’un voyage à Jérusalem. Tout ce que je mangeais là m’illuminait.


Ça sentait quoi, chez toi, dans la cuisine, lorsque tu étais petit ?

Petit, ça sentait le pain aux bananes dans la cuisine.
Photo Adobe Stock
Petit, ça sentait le pain aux bananes dans la cuisine.

Petit... ça sentait toujours bon... des biscuits jusqu’à la sauce à spaghetti... j’ai un faible pour l’odeur du poulet rôti ou du pain aux bananes.


As-tu profité, pendant cette période de confinement, pour refaire des recettes que tu mangeais enfant ?

Je veux faire un livre de recettes avec les enfants pendant cette période. Un livre de famille juste pour la famille. Un souvenir. Il y aura des recettes de mon enfance. 

Carnets d’adresses   

Produits culinaires chouchous ?

L’huile d’olive.


Recette fétiche ?

Couscous. Fait longtemps que je l’ai fait. Là, j’aurai du temps.

De quoi ne peux-tu pas te passer en cuisine ?

Je ne peux pas me passer d’oignon. J’aime l’oignon.


Un coup de cœur culinaire ?

L’acteur a un faible pour le homard du Québec.
Photo Adobe Stock
L’acteur a un faible pour le homard du Québec.

Le poisson et le homard pêché par mon ami Normand Déraspe aux Îles-de-la-Madeleine. La mer entre en moi.


Gourmandise coupable ?

Je ne suis pas sucré, mais pouding chômeur avec de la crème glacée à la vanille. Ayoye ! 


Ton style de cuisine préféré ?

J’ai un faible pour la cuisine libanaise ou du Moyen-Orient. 


As-tu une suggestion pour aider l’industrie des métiers de bouche au Québec, comment pouvons-nous les aider ?

ACHETEZ QUÉBEC !  

Il faut que nous soyons solidaires des producteurs d’ici. Un panier d’épicerie le plus québecois possible ! Côté restaurant... Si on est habitué à aller au restaurant une fois par semaine, encourager les restaurateurs qui font des plats à emporter une fois par semaine.