/sports/hockey/remparts
Navigation

LHJMQ: les Remparts ont convaincu le clan William Rousseau

Coup d'oeil sur cet article

Patrick Roy est reconnu pour ne pas lâcher le morceau si facilement. Sa dernière tentative pour convaincre le gardien William Rousseau de joindre les Remparts de Québec a porté ses fruits. 

• À lire aussi: La technologie au service du repêchage

• À lire aussi: Une chance à saisir chez les Remparts

Le portier de 17 ans renonce donc à l’aventure américaine visée par sa famille et lui depuis quelques années et met une croix sur l’entente qu’il détenait avec l’Université Nebraska-Omaha dans la NCAA. 

Choix de cinquième ronde en 2019, Rousseau avait participé aux deux premiers jours du dernier camp d’entraînement des Diables rouges avant de rentrer chez lui pour poursuivre sa réflexion. 

Il avait finalement décidé de disputer la dernière campagne dans l’uniforme des Estacades de Trois-Rivières (midget AAA), avec lesquels il a maintenu une moyenne de buts alloués de 2,23 et un pourcentage d’arrêts de ,924 en 20 rencontres. 

Roy avait affirmé pas plus tard qu’il y a un mois que le dossier avait peu de chances d’aboutir positivement. Or, la famille Rousseau a finalement changé son fusil d’épaule en raison de la pandémie de la COVID-19 et du climat social incertain actuellement aux États-Unis.

Si le jeune homme rêve de faire carrière au hockey, il a déjà prévu un plan B en cas d’échec alors qu’il souhaite devenir pilote d’avion. L’organisation des Remparts s’est engagée à payer ses cours de pilotage. Il bénéficiera aussi d’une bourse d’études de la LHJMQ.    

«Au cours des dernières semaines, j’ai pris le temps de bien réfléchir sur mon avenir. Avec la situation de la COVID-19 et de tous les événements qui se déroulent présentement aux États-Unis, j’ai pris le temps avec mes parents pour bien évaluer la situation, et nous en sommes venus à la conclusion qu’il n’était pas sécuritaire pour moi de jouer là-bas.»

«De plus, lorsque Patrick a contacté mon père il y a quelques jours, le moment ne pouvait être plus propice, et je considère que, pour mon développement, la situation idéale était de me joindre aux Remparts», a déclaré William Rousseau.

Aucune pression 

Malgré l’engouement autour de son arrivée à Québec, c’est sans pression que Rousseau se pointera au prochain camp de l’équipe. Il a toutefois hâte d’en découdre avec le vétéran Thomas Sigouin, acquis la veille par voie de transaction du Phoenix de Sherbrooke.

«Mon but est d’être numéro un. J’ai l’instinct de compétiteur et je n’ai pas peur de me démarquer. Ce sera à moi de faire mes preuves, et je devrais être capable d’avoir une bonne compétition avec lui. J’aimerais ça qu’on se pousse l’un et l’autre. Je n’ai pas de pression et je sais ce que je peux faire», a assuré l’adolescent en entrevue téléphonique avec Le Journal.

L’arrivée du natif de Trois-Rivières sonne le glas d’Emerik Despatie, 17 ans, qui sera transféré aux Olympiques de Gatineau samedi matin, selon plusieurs médias. Il retournera dans sa région natale, lui qui provient de Cantley, en Outaouais. Sélectionné en deuxième ronde l’an passé, Despatie a disputé 22 parties devant la cage québécoise.