/news/coronavirus
Navigation

Une figure importante de Montréal s’éteint

Ex-bras droit de Jean Drapeau et ancien éditeur du Journal, Yvon Lamarre a été emporté par la COVID-19

Jean Drapeau
Photo d'archives, Pierre-Yvon Pelletier Yvon Lamarre avec Jean Drapeau en 1985.

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien éditeur du Journal de Montréal et bras droit du maire Jean Drapeau, Yvon Lamarre est décédé mardi, emporté par la COVID-19.

Le virus n’a pas épargné Yvon Lamarre, décédé le 2 juin, à l’âge de 85 ans. Il laisse dans le deuil son épouse, Lise Hébert, ses quatre enfants, Catherine, Benoit, Sophie et Marthe, ainsi que ses petits-enfants.

Le legs d’Yvon Lamarre est notable pour la Ville de Montréal : le parc du Canal Lachine, le prolongement du métro dans le Sud-Ouest, une plus grande accessibilité pour les personnes handicapées et la création de l’Office municipal d’habitation de Montréal, notamment. 

Dans sa vie bien remplie, il a été éditeur du Journal de Montréal de 1990 à 1995. 

M. Lamarre en compagnie de Pierre Karl Péladeau, l’actuel président et chef de la direction de Québecor, en 1991.
Photo d'archives, Normand Jolicoeur
M. Lamarre en compagnie de Pierre Karl Péladeau, l’actuel président et chef de la direction de Québecor, en 1991.

« M. Lamarre a connu une période effervescente dans la presse écrite. Il a aussi connu les premières transformations technologiques d’une industrie qui n’a cessé de se moderniser par la suite. C’était un homme bien connu à Montréal, un homme aux grandes qualités humaines », a raconté Lyne Robitaille, l’actuelle présidente et éditrice du Journal.

Avant tout, M. Lamarre s’est fait connaître comme conseiller municipal du district Saint-Henri, un poste qu’il a occupé de 1966 à 1986. 

« Il avait la ville, mais surtout son quartier à cœur. Il a contribué à bâtir l’âme de Montréal », a confié l’ancien maire Denis Coderre, qui le considérait comme une source d’inspiration. 

Le bras droit du maire Drapeau

M. Lamarre, qui a siégé comme président au Comité exécutif de la Ville de Montréal, était reconnu comme le bras droit du maire Jean Drapeau.

De son passage en politique, il était particulièrement fier d’avoir amélioré la condition des logements à Montréal. 

« Quand il s’est lancé en politique, il a convaincu de peine et de misère le maire Jean Drapeau de construire des habitations à prix modiques et de rénover des habitations. À cette époque, certains vivaient dans des hangars, sans électricité. Ç’a été son grand champ de bataille », a relaté sa fille, Catherine Lamarre.

En 1983, il a créé la Fondation Yvon Lamarre, qui porte sous son aile 33 résidences adaptées pour les personnes vivant avec une déficience intellectuelle.

« Mon frère et ma sœur vivent avec un handicap. Ça lui tenait à cœur de donner aux personnes vivant avec un handicap un beau milieu de vie », a souligné Mme Lamarre.

« Il était un homme incroyablement bon et généreux. Quand il avait quelque chose dans la tête, mon père était redoutable », s’est-elle souvenue.