/misc
Navigation

Bien cachées à l’abri des pêcheurs

Campeau Campeau
Photo courtoisie La semaine dernière, en pêche quotidienne à la pourvoirie Domaine du Renard Bleu, Diane Couture de Laval a soutiré cette belle palette qui se cachait sous les branches que l’on voit à côté d’elle.

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’on pourchasse les truites mouchetées, on arpente habituellement de long en large les divers sites qui nous semblent productifs.

Toutes les espèces sont attirées comme des aimants par les différents types de structures. Tout ce qui modifie la morphologie architecturale de leur environnement aqueux risque de répondre à leurs besoins de base qui consiste à se cacher pour chasser ou pour se sentir en sécurité, à l’abri des regards, protégés des éventuels prédateurs marins, terrestres ou ailés.

Méthodiquement

En plus de générer beaucoup de reflets et de vibrations qui attirent l’attention des ombles de fontaine, les cuillères métalliques équipées d’un bas de ligne et d’un ver permettent aux amateurs de couvrir beaucoup de territoire, et ce, à diverses profondeurs. Vous pouvez exploiter la proximité des rives, des escarpements, des hauts fonds, etc., en variant simplement la vitesse de traîne ou de récupération ou en changeant la taille de vos offrandes.

Les poissons-nageurs miniatures sont également fort performants. Dès qu’ils atteignent une longueur de 30-35 cm, les ombles n’hésitent pas à se ruer, la gueule grande ouverte, sur tout ce qui ressemble à un mené et même, à l’occasion, à leur propre progéniture.

Les cuillères ondulantes ou tournoyantes ainsi que les devons nagent à l’horizontale avec des parcours qui varient sur des axes obliques. Il est évidemment possible de changer leur course en ralentissant ou en les alourdissant avec un lest quelconque.

Un des meilleurs spots

De tous les sites productifs, ce sont ceux où l’on retrouve des arbres tombés dans le lac ou dans la rivière que je préfère. Il faut que l’épinette, le cèdre ou autre essence soit couché dans l’eau depuis assez longtemps pour que le temps ait fait son œuvre et qu’il ait perdu ses feuilles. Ce qui est encore plus invitant pour les ombles, c’est lorsque des algues s’y sont accumulées, ce qui ne manquera pas d’attirer tout son garde-manger constitué d’êtres microscopiques, de menés et d’insectes. 

À défaut d’autres structures, certaines truites peuvent se cacher dans le feuillage d’un arbre fraîchement tombé. Mais règle générale, plus ce dernier est vieux et dégarni, plus il plaît aux mouchetées. 

À la vue d’un arbre gisant dans l’eau, le passionné, qui se sert d’une cuillère ou d’un poisson-nageur, devra se contenter de faire nager son offrande soit au-dessus du tronc central et des branches, si cela est possible, soit à proximité du pourtour. Le seul hic, c’est que ce type d’habitat abrite souvent de grosses mouchetées territoriales qui se vautrent sous la masse occasionnée par l’épinette, le cèdre, etc., et qu’elles ne se donneront pas la peine de s’élancer à toute vitesse sur un leurre qui passait à plusieurs mètres de leur position. 

Approches

Le manieur de canne doit s’immiscer au sein de leur territoire s’il souhaite les faire réagir. Pour y arriver, il doit s’approcher furtivement, à pas feutrés, soit en se servant d’un moteur électrique à basse vitesse soit en se laissant dériver lentement au gré des vents. 

Le port de verres polarisés est fortement recommandé pour que vous puissiez voir les diverses ramifications et l’action quand les truites sortent de leur cachette pour venir se régaler de votre présentation. 

Les petites dandinettes souples comme les Micro Nymphes, Micro Écrevisse, mini tube, Mimic Minnow Tuff Tube, Atomic Teasers, Wizx Bug, Teenie, Grabber Grub, Vie Shiner, etc., que je vous présentais le 18 avril dernier sont idéales pour cette approche. Le tout doit être accompagné d’une tête plombée de 1/16 ou de 1/32 d’once pour assurer une descente lente et contrôlée. L’adepte doit se servir d’une canne légère ou ultralégère et d’un petit moulinet rempli de monofilament, de fluorocarbone ou de super fil de 4 ou 6 livres de résistance au maximum.

La technique la plus efficace consiste à lancer votre offrande, puis à la faire nager quelques centimètres au-dessus des branches pour ne pas vous accrocher et dès qu’il y a une ouverture vers une cachette quelconque, la laisser descendre lentement. Dans bien des cas, vous verrez la truite surgir et s’emparer de votre présentation. Vous perdrez certainement quelques jigs à l’occasion qui resteront accrochés à une branche ou un morceau d’écorce, mais le jeu en vaut la chandelle. Quand vous prendrez vos premières mouchetées de cette manière, vous jubilerez et aurez beaucoup de plaisir.

Similaire

La même méthode occasionne d’aussi bons résultats si vous exploitez une rive escarpée, une berge creusée vers l’intérieur à cause du courant, des îles d’herbes flottantes sous lesquelles les poissons peuvent transiter, etc. 

Prenez le temps de maîtriser cette technique qui vous aidera à obtenir beaucoup plus d’attaque lorsque rien d’autre ne semble fonctionner.