/finance/business
Navigation

Le Québec inc. se réinvente: Cuisine Malimousse prête à affronter Hellmann’s et Kraft

Le président de Cuisine Malimousse, Hugo Magnan, constate une plus grande ouverture des géants de l’alimentation pour les produits locaux. Il est ici en compagnie de Daniel Bérubé, directeur du développement des affaires.
Photo Jean-François Desgagnés Le président de Cuisine Malimousse, Hugo Magnan, constate une plus grande ouverture des géants de l’alimentation pour les produits locaux. Il est ici en compagnie de Daniel Bérubé, directeur du développement des affaires.

Coup d'oeil sur cet article

Ayant comme principaux clients des chaînes de restauration, la pandémie a malmené les finances de Cuisine Malimousse, qui a choisi de saisir une opportunité d’affaires créée par la crise. L’entreprise québécoise s’apprête maintenant à livrer bataille à des géants comme Hellmann’s et Kraft.

• À lire aussi: Québec inc. : des entrepreneurs qui se retroussent les manches

En mars, lors de l’annonce de la «pause» du Québec, Cuisine Malimousse a éteint une partie de ses fours dans ses installations à Saint-Augustin-de-Desmaures.

Ses clients, comme La Cage – Brasserie sportive, St-Hubert, Normandin, Chez Victor et Archibald, ont dû fermer leurs restaurants.

Cuisine Malimousse fabrique différentes sauces et vinaigrettes pour ces enseignes. Environ 60 % du chiffre d’affaires de la compagnie s’est envolé lors des premières semaines du confinement. 

Au total, Cuisine Malimousse prépare environ 400 produits différents, dont certains se retrouvent également sur les tablettes des supermarchés pour d’autres entreprises, toujours dans le secteur de la restauration.

Propres mayonnaises

Durant la «pause» des dernières semaines et en raison de la baisse du chiffre d’affaires, la direction a choisi de relancer son projet visant à développer ses propres mayonnaises.

En 2019, après avoir réalisé des investissements de plus de 2,5 millions $ dans son usine, la compagnie avait tenté une première percée au Québec avec ses produits, mais en vain.

«On s’était fait dire “non merci”, que cette place était réservée aux grands joueurs», raconte le président Hugo Magnan.

«Actuellement, il y a un changement, une ouverture qui n’était pas là avant la crise. Les chaînes veulent des produits québécois», poursuit-il.

Les mayonnaises de Cuisine Malimousse sous la marque MAG seront bientôt offertes dans certains supermarchés Maxi dans la région de Québec, mais aussi dans 300 IGA à travers la province. Elles sont offertes présentement dans une dizaine d’épiceries à Québec.

D’autres produits

Cuisine Malimousse vend aussi sous les marques Malimousse et Océania des trempettes, des tartinades et des mousses de fruits de mer.

Avant la crise, la compagnie fondée en 1989 comptait une cinquantaine de travailleurs.

Elle a vu passer son chiffre d’affaires de 5 millions $ à 9 millions $ en l’espace de trois ans.