/sports/soccer
Navigation

Kacher rentre au pays

Après cinq saisons en USL, le Montréalais se joint à la Première ligue canadienne

Masta Kacher
Photo courtoisie Switchbacks FC, Isaiah J. Downing Le Montréalais Masta Kacher a porté les couleurs des Switchbacks de Colorado Springs, dans la USL, en 2017 et 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Le Montréalais Masta Kacher est peut-être peu connu au Québec, mais il a su tracer son chemin en évoluant dans la USL, le second échelon aux États-Unis, et il rentre maintenant au Canada.

Après cinq saisons passées à évoluer dans la ligue qui se situe juste sous la MLS, l’Algérien d’origine, mais Montréalais pur jus, fera éventuellement ses débuts avec le Valour FC de Winnipeg, de la Première ligue canadienne.

« Après des discussions avec mes agents et ma famille, j’ai décidé que je voulais un nouveau challenge et la PLC est très prometteuse pour le futur. L’impact et le développement de certains joueurs dès la première année m’ont ouvert les yeux. »

S’il a choisi le circuit canadien, ce n’est pas par dépit, mais plutôt parce qu’il y croit.

« La PLC essaie vraiment de mettre quelque chose en place. Les salaires vont être meilleurs et pour une deuxième année, c’est plus intéressant que la USL, qui existe depuis longtemps. La PLC s’affiche comme une première division, alors les standards doivent être hauts. »

Beau parcours

Kacher est un produit de l’Académie de l’Impact qui a ensuite disputé les deux saisons avec le FC Montréal, en USL, en 2015 et 2016. Avec la fin des activités de l’équipe réserve de l’Impact, il a fait son baluchon et a pris le chemin du Colorado, où il a évolué pour les Switchbacks de Colorado Springs.

« Je ne savais pas à quoi m’attendre, mais j’ai travaillé fort et la transition s’est bien faite, c’est une communauté agréable. Au début, les gens me posaient beaucoup de questions. »

Son séjour au sud de Denver s’est bien déroulé et il a inscrit huit buts en 32 matchs en 2017 et 2018.

Il a ensuite pris le chemin de Salt Lake City, où il a rejoint les Real Monarchs en USL, l’équipe réserve de Real Salt Lake de la MLS.

Terrain inconnu 

En Utah, il s’est retrouvé en terrain inconnu, mais il n’a pas du tout détesté le dépaysement.

« Salt Lake est à quelques heures de route, c’est aussi une ville surprenante. Je ne connaissais pas la religion mormone, mais j’ai toujours aimé apprendre des choses.

« Il y avait beaucoup de Mexicains et de Sud-Américains dans l’équipe, le style de jeu était beaucoup plus à mon avantage. »

L’an passé, il a constaté que son temps de jeu était souvent tributaire de ce qui se passait dans la première équipe et il a demandé s’il était possible d’être prêté pour pouvoir jouer plus. Les Monarchs ont été très conciliants et lui ont proposé Saint Louis.

« On n’a pas fait les séries à Saint Louis et les Monarchs ont gagné le championnat, je le prends comme une bonne leçon. La prochaine fois, je vais y penser à deux fois avant de changer d’équipe en pleine saison », dit-il dans un éclat de rire. 

Bonne figure

À la fin de son contrat, Kacher a donc évalué ses options. Il estime avoir fait bonne figure pendant ses cinq saisons en USL.

« J’ai été capable d’être dominant et de m’imposer en ULS, j’ai pu jouer en étant assez à l’aise. »

Il estime que l’adaptation à la Première ligue canadienne se fera bien lorsque le circuit sera enfin autorité à amorcer sa seconde saison.

« Le foot nord-américain est assez similaire en termes de style de jeu et dans son aspect physique. Mais c’est difficile de comparer le niveau de jeu parce qu’il y a une trentaine d’équipes en USL et seulement huit en PLC. »

Faux départ

Normalement, Kacher devrait être à Winnipeg avec ses coéquipiers, mais il a vécu un véritablement faux départ.

« J’ai signé le contrat au début mars, j’ai reçu les informations du coach et on m’a envoyé un billet d’avion. J’ai fait ma valise et le soir même, j’ai reçu un appel du coach pour me dire que la ligue suspendait tous les vols.»

Tout ce qu’il sait de ses nouveaux coéquipiers, c’est ce qu’il apprend lors des rencontres vidéo qui sont organisées sur une base régulière.

« C’est une façon originale de connaître ses nouveaux coéquipiers et d’arriver dans une nouvelle équipe. »