/news/coronavirus
Navigation

Les travailleurs de la santé inquiets du retrait du renfort prévu à la mi-juin

Coup d'oeil sur cet article

Les propriétaires d'établissements privés pour ainés qui sont touchés par la COVID-19 doivent prévoir un plan de rétablissement de gestion puisque le personnel des CISSS et des CIUSSS qui a été envoyé pour leur prêter main-forte doit être retiré à la mi-juin.  

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

• À lire aussi: Onze résidences sous le radar durement frappées par la COVID

La situation est grandement préoccupante pour les travailleurs de la résidence Les Jardins du Haut-Saut-Laurent.

«Le CIUSS nous fournit du personnel, sauf que M. Legault a annoncé qu’à partir du 15 juin, ils veulent ramener l’ensemble des travailleurs au niveau du CIUSS», dit Paul-André Caron, représentant syndical à la FTQ.

Un avis que corrobore la directrice générale du CHSLD Les Jardins du Haut-Sainte-Laurent.

«C’est absolument préoccupant. C’est sûr qu’on a toujours une belle collaboration avec notre CIUSSS, sauf que je comprends qu’on est pas tout seul avec des cas de COVID à l’intérieur de notre établissement», explique Nathalie Côté.

Pour essayer de combler le besoin de main-d’œuvre, la direction a tenté de relocaliser des employés d’une autre résidence qui a été épargnée par le virus. L’opinion des travailleurs est partagée, mais la crainte du virus est palpable. Quelques-uns d’entre eux auraient même songé à démissionner.

«On ne peut pas obliger totalement nos gens à venir. Dans le fond on veut qu’ils viennent aider leurs collègues», affirme Mme Côté.

Pour sa part, le CIUSS veut éviter de précipiter les choses.

«Avant de retirer des ressources humaines d’une RPA, le CIUSSS de la Capitale-Nationale analysera la situation épidémiologique et le requis de soins de la clientèle», indique par courriel le directeur adjoint des communications Vincent Lamontagne.

Ce dernier assure toutefois que le CIUSSS accompagnera les résidences dans la transition.

Bonne nouvelle qui saura sans doute plaire à la direction, une quinzaine de préposés aux bénéficiaires infectés par le coronavirus et maintenant rétablis pourraient effectuer un retour au travail au courant de la semaine.

Mais le manque d’infirmières et d’infirmières auxiliaires est toujours important.

Nathalie Côté lance d’ailleurs un cri du cœur aux personnes qualifiées pour leur venir en aide.