/news/currentevents
Navigation

Plus de 500 personnes marchent contre le racisme à Trois-Rivières

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 500 personnes ont marché contre le racisme dans les rues de Trois-Rivières, samedi après-midi.

• À lire aussi: [IMAGES] «Pas de justice, pas de paix»: mobilisation massive à Washington

• À lire aussi: Rassemblement contre le racisme: le directeur du SPVM n’est plus invité

La marche était pacifique, mais surtout silencieuse, comme l'a expliqué l'organisatrice de l'événement Elvire B. Toffa.

«On veut que chacun intériorise à son niveau. On ne veut pas faire de procès contre personne! À Trois-Rivières, les propos du genre "Les Québécois sont froids", je ne veux plus entendre ça dans ma communauté.»

Grands comme petits étaient réunis afin de se lever pour la cause. «Je suis là aujourd'hui pour pouvoir dire qu'un jour, ça n'existe plus la différence», a confié une participante de la marche.

Une jeune mère de famille trouvait également important de participer à cet événement. «Je trouve ça bien qu'il n'y ait pas juste des personnes noires ici, qu'il y ait aussi des personnes blanches qui se rendent compte qu'on veut être juste égal».

«Tout le monde a besoin de soutiens des autres», a souligné une autre jeune fille.

Une marche pacifique 

Un cortège de policiers s’est assuré que le tout se passe sans débordement jusqu'à l'hôtel de ville de Trois-Rivières, où plusieurs personnalités politiques se sont aussi jointes à la marche.

«On est une ville universitaire, a affirmé Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières. On est une ville dont l'économie passera notamment par son aéroport et par son port. Donc, on est une ville qui est ouverte sur le monde et on veut que ça se sache!»

Le ministre des Affaires étrangères et député de Saint-Maurice-Champlain, François-Philippe Champagne était aussi présent. «Non seulement dans les milieux urbains, mais aussi en région, on se sent interpellés, a-t-il dit. On a tous un rôle à jouer pour enrayer le racisme.»

Un simple geste pour le monde entier 

Pour Elvire B. Toffa, l'événement était bien plus qu'une marche, surtout une semaine après la mort de George Floyd, à Minneapolis.

«Comme on dit à quelque part, malheur est bon, mais que cette goutte d'eau là ait éveillé l'humanité est positif! On ne parle plus de Noirs, on parle de vie! Je suis contente que le monde entier se lève, et tout le monde devrait se lever».