/sports/football
Navigation

«Nous ne sommes pas dans un contexte d’annulation»

Le grand patron du sport universitaire québécois n’a pas encore pris de décision pour cet automne contrairement à la conférence de l’Ouest

Félix Garand-Gauthier
Photo d’archives, Didier Debusschère Les partisans du Rouge et Or ne savent pas encore s’ils pourront voir un match de leur équipe favorite cet automne.

Coup d'oeil sur cet article

Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) assure que la décision de tenir une saison de football cet automne ou non ne sera aucunement liée aux choix des trois autres conférences au pays.

Sur son fil tweeter, Canada Ouest a précisé qu’une annonce sera faite, lundi matin. L’Ouest avait initialement réduit son calendrier à cinq parties. Certains médias ont affirmé que la saison d’automne sera annulée. Pas seulement le football, mais tous les sports. Des annonces similaires pourraient être faites par les Conférences de l’Ontario et de l’Atlantique.

« Notre décision n’est pas prise, a assuré le PDG du RSEQ Gustave Roel. Nous ne sommes pas dans un contexte d’annulation, mais d’évaluation. La question pour le moment est de savoir quelle est la date limite des universités pour décider de tenir une saison complète et quelle est la date limite pour présenter une saison écourtée. Les universités devront aussi déterminer si elles préfèrent une saison écourtée à une saison annulée. »

« En fonction des directives de la Santé publique, rien ne nous empêcherait de tenir une saison au Québec même si ça ne joue pas ailleurs au Canada, de poursuivre Roel. Compte tenu de l’évolution de la situation depuis les deux dernières semaines avec le retour des sports collectifs et de l’entraînement par petits groupes, il est trop tôt pour annuler la saison. Aucune institution n’a confirmé qu’elle n’aurait pas d’équipe à l’automne. Nous ne sommes pas rendus là. Nous sommes à évaluer les scénarios. »

Déplacements problématiques

Avec la décision de certaines conférences d’annuler la saison et que la Coupe Vanier ne puisse ainsi être disputée à la fin novembre, cela permettrait au RSEQ d’obtenir une plus grande marge de manœuvre dans le début d’une éventuelle saison. « S’il n’y a pas de Coupe Vanier et de demi-finales canadiennes, ça nous donnerait deux semaines de plus pour disputer notre saison, a indiqué Roel. Nos ligues sont responsables de leur calendrier et ce sont elles qui vont décider s’il y a une saison ou non en fonction des règles sanitaires. Selon les ligues, il pourrait y avoir du football universitaire et pas de collégial. L’inverse est aussi vrai. Il n’y aura pas de décision systématiquement pour les trois réseaux (scolaire, collégial et universitaire). Il faut aussi attendre de savoir si les étudiants seront présents dans les salles de classe ou non et si les étudiants étrangers et d’autres régions pourront voyager. »

L’Ouest compte quatre provinces dans son circuit universitaire, ce qui complique la situation au niveau des déplacements. Même chose en Atlantique où on retrouve trois provinces représentées dans le ce circuit de football.

Le retour des gaiters ?

Compte tenu des restrictions touchant les déplacements au Nouveau-Brunswick, les Gaiters de Bishop’s pourraient-ils effectuer un retour dans le RSEQ l’instant d’une saison ? La présence des Gaiters permettrait au RSEQ d’éliminer les fameux « byes ».

« Tout est possible, a confirmé Roel. Rien n’empêcherait ça. Il faudrait voir si Bishop’s a de l’intérêt pour ce scénario. Le scénario d’un calendrier au printemps est aussi en évaluation. »