/sports/baseball
Navigation

Baseball: sourires et hygiène au menu des premiers entraînements

Sous la supervision de Jean-Philippe Roy, les jeunes du sports-études baseball des Canonniers de Québec ont brisé la glace en foulant le terrain du Stade Canac.
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS Sous la supervision de Jean-Philippe Roy, les jeunes du sports-études baseball des Canonniers de Québec ont brisé la glace en foulant le terrain du Stade Canac.

Coup d'oeil sur cet article

«Aujourd’hui, je vous accueille avec le sourire... et du Purell!» Ce sont les mots lancés par l’entraîneur Jean-Philippe Roy aux jeunes qui ont foulé le terrain du stade Canac, pour souligner que le baseball est bien de retour, dans une nouvelle ère.

Roy, c’est le directeur du programme sports-études de baseball des Canonniers de Québec, qui regroupe 250 jeunes de cinq écoles. Ces jeunes, répartis en petits groupes sur deux jours, étaient au moins aussi radieux que le soleil qui a fait grâce de ses chauds rayons pour le grand retour.

Sous la supervision de Jean-Philippe Roy, les jeunes du sports-études baseball des Canonniers de Québec ont brisé la glace en foulant le terrain du Stade Canac.
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS

Il y avait de quoi rayonner, puisqu’ils étaient les premiers dans la province à renouer avec le baseball, après des semaines de frustration dans le confinement.

«C’est comme si la punition est finie», a lancé avec aplomb Raphaël Boutin, 16 ans.

Raphaël Boutin
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL
Raphaël Boutin

«Notre plaisir de jouer a été coupé du jour au lendemain, sans préavis. Ça a été un gros choc. On réalise vraiment ce qu’on a quand on nous l’enlève. On sait qu’on n’aura pas un été de baseball normal, mais on a la chance de sauter sur le terrain», a-t-il ajouté.

Règles respectées

Évidemment, les premiers jeunes à s’amener sur la surface synthétique semblaient chercher leurs repères. À grands coups de «deux mètres, deux mètres!», les entraîneurs leur ont rappelé les règles d’usage, ce qui n’a pas manqué de provoquer quelques joyeux inconforts.

«Le sentez-vous, le malaise des jeunes qui ne savent plus où se garrocher?», s’est amusé à questionner Dominik Walsh, entraîneur adjoint qui porte aussi le chapeau de gérant des Diamants de Québec, dans la Ligue de baseball junior élite du Québec.

«On a gardé le contact avec nos jeunes pendant tout le confinement, mais des entraînements par Zoom, tu n’as pas de retour. Aujourd’hui, c’est toute la différence», s’est-il régalé.

Sous la supervision de Jean-Philippe Roy, les jeunes du sports-études baseball des Canonniers de Québec ont brisé la glace en foulant le terrain du Stade Canac.
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS

Balles désinfectées

Pendant ce temps, son compère Jean-Philippe Roy, le désinfectant greffé à la main tel un toutou dans les paluches d’un gamin, s’assurait que tout soit à la plus grande satisfaction de Madame Blancheville.

Mieux encore, après brève utilisation, chaque balle était nettoyée par une machine de désinfection électrostatique. Comme quoi le baseball peut être scintillant de propreté, ailleurs que chez les Astros de Houston, du moins...

Sous la supervision de Jean-Philippe Roy, les jeunes du sports-études baseball des Canonniers de Québec ont brisé la glace en foulant le terrain du Stade Canac.
Photo JEAN-FRANCOIS DESGAGNÉS

«Cette machine et toutes les règles d’hygiène, c’est notre nouvelle réalité», a résumé Roy avec justesse, sans s’offusquer de ces contraintes.

«Comme coach, les deux mètres et toutes les mesures, tu t’assures de les répéter. Comme joueur, tu dois t’assurer d’y penser. Notre rôle, c’est de donner l’exemple. Tout le monde dans les sports collectifs au Québec nous observe. Il faut bien faire les choses.»

Le plan suit son cours

Pour l’instant, les premiers entraînements ont été très simples. Quelques roulants et ballons à capter par un lance-balles. Des muscles à délier et quelques relais. 

Le plan de relance en est actuellement à la deuxième manche de sept. Lors de la manche suivante, pour une date qui demeure à déterminer, des simulations de matchs avec contacts limités seront autorisées. 

Les matchs présaison feront partie de la quatrième manche, tandis que la saison régulière régionale se mettra en branle en cinquième manche. Les déplacements entre régions sont prévus à la sixième manche.

«En ce moment, on profite juste d’une belle occasion pour pratiquer plus que d’habitude, question d’avoir plus de fun quand les matchs vont commencer. Comme entraîneurs, ça nous oblige à être créatifs», a indiqué Roy.