/opinion/blogs/columnists
Navigation

Mettre au monde un enfant noir

Coup d'oeil sur cet article

Mon amoureux est d’origine ouest-africaine. Si nous avons des enfants, un jour, je devrai leur expliquer qu’ils seront victimes de racisme, de profilage racial et de discrimination.

Extérieur, soir : un couple de Blancs dans la soixantaine marche à Montréal. Un homme s’avance vers eux. Pris de panique, le couple traverse rapidement la rue pour aller sur le trottoir opposé. En se déplaçant, le sexagénaire échappe son portefeuille. 

Alors qu’une personne blanche n’aurait pas hésité à prendre l’objet pour le remettre à son propriétaire, l’homme noir, lui, doit réfléchir avant d’agir :

« Le couple se sentira-t-il en danger si je m’approche trop près d’eux ? Et si je touche le portefeuille, me traiteront-ils de voleur, appelleront-ils la police ? Ma vie sera-t-elle en danger ? »

Ce que je vous raconte, c’est mon amoureux qui l’a vécu, à Montréal.

Cette semaine, suite aux manifestations qui ont eu lieu partout dans le monde pour mettre fin à la discrimination raciale, d’autres histoires aussi révoltantes m’ont été racontées.

Impossible de le nier, le racisme systémique est présent au Québec.

Comment est-ce possible de faire comprendre à son enfant qu’il pourrait en être victime ?

Douloureuse discussion

Comment expliquer à ses enfants noirs qu’ils auront jusqu’à cinq fois plus de risques de se faire interpeller par la police qu’une personne blanche à Montréal ? Comment préparer ma future progéniture à répondre aux commentaires haineux ?

Il peut être douloureux d’entamer ce genre de discussion, mais cela n’est rien comparativement à la souffrance qu’engendrent ces réalités inacceptables dans la vie des personnes racisées. 

Les parents ont la responsabilité d’enseigner des valeurs d’inclusion à leur enfant, peu importe leur couleur de peau. Les cellules familiales ont le pouvoir de mettre au monde une génération d’individus ouverts.

Je m’éduque, j’écoute et j’agis pour mettre fin au racisme.

Si j’ai des enfants, j’espère qu’avant leur arrivée sur Terre, nous aurons fait naître une société égalitaire.