/news/politics
Navigation

Achat local: la nouvelle monnaie s'envole en quelques heures

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec a lancé une monnaie pour encourager l'achat chez les marchands locaux qui a connu une telle popularité qu’elle s’est envolée en quelques heures. 

• À lire aussi: Des habitudes qui sont là pour durer

• À lire aussi: 15 maires du Québec demandent une relance verte et solidaire

Le temps que le maire de Québec, Régis Labeaume, la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, et le représentant des SDC, Jean-Pierre Bédard, expliquent en conférence de presse les modalités de ce nouveau «dollar solidaire» et avant même la fin de leur discours, les forfaits à 100 $ s'étaient déjà tous vendus. Il n'a fallu que quelques heures de plus pour que tout le reste soit liquidé. En fin d'après-midi, tous les forfaits étaient écoulés.

L’objectif de la campagne est selon le maire de «redonner espoir aux commerçants» et de «susciter un élan de solidarité».

Trois forfaits

La monnaie consistait en l'achat d'un forfait de 20, 50 ou 100 $. Grâce à une contribution supplémentaire de plusieurs partenaires, dont la Ville de Québec et les députés de la région, les achats étaient bonifiés. Ainsi, le citoyen de Québec qui a acheté un forfait de 20 $ pourra dépenser 30 $ dans les 350 commerces participants de la Ville. Pour le forfait de 50 $, c'est 100 $ à dépenser. Et pour 100 $, on se retrouve avec 250 $. 

Le maire Régis Labeaume a révélé avoir été l'un des premiers à se procurer deux forfaits à 50 $. À 17h, 100 % de l'objectif de sociofinancement de 130 000 $ avait été atteint. 

Populaire 

C'est la plateforme La Ruche qui organisait la campagne Solidaires pour nos artères. Le site de l'organisation a été pris d'assaut dès 10h, heure de lancement de la campagne. 

En tout, 100 forfaits à 100 $ étaient disponibles, 500 forfaits à 50 $ et 4000 forfaits à 20 $.

Ceux-ci étaient disponibles en nombre restreint. Le nombre d’achats par personne était aussi limité. Le directeur général de la SDC Montcalm a indiqué que pour élargir davantage la campagne, qui a été très populaire, il faudrait trouver de nouveaux partenaires financiers. Il qualifie la présente campagne de «très intéressante et enrichissante».

«Ce qui est beau dans ce projet, c’est cette proactivité, débrouillardise, intelligence et originalité des SDC. J’appelle les citoyens à se procurer la monnaie», a invité la ministre Guilbault.

L’aide financière de la Ville de Québec totalise 150 000 $. Elle provient du Fonds de la région de la Capitale-Nationale. Les députés de la région ont pigé dans leur enveloppe discrétionnaire pour bonifier ce montant, ce qui le porte à 166 000 $.

«Au lieu de subventionner les entreprises, c’est le consommateur qu’on subventionne», a exprimé le maire, Régis Labeaume. Il a précisé que tous les commerces de la ville peuvent se joindre à la campagne, même ceux qui ne sont pas organisés en association de marchands.

De plus, le Mouvement Desjardins s'était engagé à remettre 25 000 $ à l’organisme Le Pignon bleu lorsque la campagne atteignait le montant de 25 000 $.

Comité plénier

Le conseiller de Québec 21 Patrick Paquet, lors d’un comité plénier qui a suivi l’annonce, a demandé si la Ville avait l’intention d’aller plus loin que son programme de prêts aux entreprises pour les aider à passer à travers la pandémie. «Ils nous disent que ce n’est pas des prêts dont ils ont besoin, mais des subventions.»

Le maire a indiqué que les programmes actuels avaient été édictés par le gouvernement et que les subventions ne peuvent être données pour alimenter le fonds de roulement des entreprises. Le directeur du service du développement économique, Charles Marceau, a affirmé : «On est tellement débordés à offrir un soutien dans le cadre des programme actuels qui nous sont confiés par le gouvernement qu’à l’heure actuelle, notre responsabilité, c’est d’opérationnaliser les sommes qui sont mises à notre disposition.»

Le conseiller d’Équipe Labeaume Pierre-Luc Lachance a souligné que «l’annonce de ce matin et la bonification qui est faite à l’ensemble de ce projet est une forme d’appui très clair aux commerçants pour les aider à se relever.»