/news/education
Navigation

Opposition au projet d’agrandissement du collège Dawson

On craint que le projet ne fragilise la langue française

Devanture Collège Dawson
Photo Ben Pelosse Le projet d’agrandissement du collège Dawson a été mis sur la voie rapide avec le dépôt du projet de loi 61.

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération des enseignants de cégep et le Mouvement Québec français s’opposent au projet d’agrandissement du collège Dawson, craignant que l’ajout de place dans le réseau collégial anglophone ne fragilise le précaire équilibre linguistique à Montréal.

• À lire aussi: Relancer l’économie, sans fragiliser la langue française SVP

Dans une lettre ouverte publiée ici, la présidente de la FEC-CSQ, Lucie Piché, demande au gouvernement Legault de retirer ce projet d’agrandissement mis sur la voie rapide avec le dépôt du projet de loi 61.

La construction d’un nouveau pavillon permettra d’accueillir 800 étudiants supplémentaires dans ce cégep anglophone hautement convoité.

Mme Piché estime que le développement de place dans le réseau anglophone risque «d’accroître l’anglicisation dans l’espace public à Montréal» tout en nuisant au recrutement dans les cégeps francophones montréalais.

«Il faut investir les sommes aux bons endroits. Ce n’est pas en donnant davantage de places dans les cégeps anglophones qu’on va consolider le réseau collégial à Montréal», affirme Mme Piché.

De son côté, le Mouvement Québec français réclame la suspension de ce projet d’agrandissement et la tenue d’un débat de fond sur «l’anglicisation du réseau collégial au Québec».

«Il faut impérativement cesser de contribuer, à même les fonds publics, à la détérioration de nos cégeps français au profit de l’offre collégiale anglophone», affirme son président, Maxime Laporte.

Ce dernier voit dans ce projet qui a reçu l’aval de Québec une «concurrence déloyale» au profit des établissements anglophones, «malgré la chute spectaculaire du nombre d’inscriptions dans les cégeps français» au cours des dernières années.

Le projet d’agrandissement du collège Dawson fait l’objet de discussions depuis environ cinq ans avec le ministère de l’Éducation, qui reconnaît un déficit d’espace d’environ 10 000 mètres carrés selon les normes gouvernementales.

Pour faire face à l’augmentation anticipée du nombre de cégépiens au cours des prochaines années, Québec a aussi mis à l’étude deux autres projets d’agrandissement dans les cégeps Ahuntsic et Édouard-Montpetit en début d’année. Ces deux projets sont toutefois moins avancés que celui du collège Dawson et n’ont pas été jugés prioritaires par le gouvernement Legault.

De son côté, le directeur général du collège Dawson, Richard Filion, fait valoir qu’une vaste majorité de la population québécoise est d’accord avec l’accès élargi au cégep anglophone, ce qui représente pour plusieurs jeunes une «opportunité inespérée» d’améliorer leur maîtrise de la langue de Shakespeare.